A Grenoble, on s'implique dans l'avenir énergétique du pays

A Grenoble, le public était invité à débattre ce jeudi 29 mars pour fixer la nouvelle feuille de route de la PPE, la programmation pluriannuelle de l’énergie de 2019-2023. Et il y avait du monde sur le campus de Saint-Martin-d'Hères, l'amphi était bondé !
Quel avenir énergétique pour la France ? Le débat semble passionner les Grenoblois. L'affluence était record ce jeudi 29 mars au soir dans l'amphi de l'université Stendhal.
Quel avenir énergétique pour la France ? Le débat semble passionner les Grenoblois. L'affluence était record ce jeudi 29 mars au soir dans l'amphi de l'université Stendhal. © France 3 Alpes
L’énergie est bien un thème mobilisateur. Pour s’en convaincre, il suffisait de se rendre sur le campus universitaire de Grenoble ce jeudi.

Une conférence débat était organisée. Elle a fait salle comble !


Son but, trouver les moyens d’atteindre les objectifs fixés par la loi de 2015 :

23% d’énergie renouvelable en 2020, et 30% en 2030.

A l'origine de ce débat, Jean-Charles Colas-Roy. Le député de l'Isère, co-président du groupe d'études Energies Vertes à l'Assemblée Nationale, estime que "l’énergie ne doit pas être qu’un débat d’expert".

durée de la vidéo: 01 min 53
Débat public sur l'énergie à l'université de Grenoble

Jusqu'au 30 juin, des contributions peuvent être déposées sur internet.

Le gouvernement pourra en utiliser la synthèse, à l'automne prochain, dans l'élaboration de la prochaine Programmation Pluriannuelle de l'Energie, année 2019 à 2028.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergies renouvelables énergie environnement société