Isère : un entraîneur du club de rugby à Voiron mis en examen pour tentative de viol et agressions sexuelles sur mineurs

Déféré devant le juge d’instruction le 11 juin dernier, l'homme a été mis en examen pour une tentative de viol et quatre agressions sexuelles par personne abusant de l’autorité conférée par ses fonctions. Il a été placé en détention provisoire, confirme ce 15 juin le procureur de Grenoble.

Palais de justice de Grenoble
Palais de justice de Grenoble © Isabelle Guyader France 3 Alpes

"Déféré devant le juge d’instruction le vendredi 11 juin 2021, le suspect a été mis en examen pour une tentative de viol et quatre agressions sexuelles par personne abusant de l’autorité conférée par ses fonctions", a annoncé ce 15 juin le procureur de la République de Grenoble, confirmant l'information révélée par nos confrères du Dauphiné Libéré.

Les faits ont été révélés le 3 juin dernier. Les policiers du commissariat de Voiron sont informés d'une potentielle agression sexuelle subie courant 2018 par un jeune homme, dans le cadre du club de rugby de Voiron, de la part d'un entraîneur bénévole.

Le parquet de Grenoble a alors ouvert une enquête préliminaire et a saisi le commissariat de Voiron.

"A ce stade, 5 victimes ont été identifiées : il s'agit d'adolescents de 15-16 ans dont certains sont devenus majeurs ; les faits dénoncés vont de l'été 2018 à mai 2021, chaque victime dénonçant un seul fait à son préjudice et non des faits réguliers" indique Eric Vaillant.

"Ces faits s'inscrivent à chaque fois dans le cadre de soirées alcoolisées au domicile du suspect, ou du beau-père de ce dernier", précise le procureur qui n'exclut pas que "d'autres victimes soient révélées par les investigations en cours".

Placé en garde-à-vue par les policiers de Voiron le 10 juin dernier, le suspect, âgé de 25 ans "a contesté les faits ou dit qu'il ne s'en souvenait pas, ajoutant qu'il était très alcoolisé durant ces soirées".

Il a été placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention. Pour ces chefs de mise en examen, il encourt 20 ans de réclusion criminelle.

Dans un communiqué, le président du club de rugby a exprimé sa "stupéfaction" : " jamais nous ne nous étions doutés de quoi que ce soit. Nous allons nous attacher à soutenir les familles concernées".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers