Dans la résidence ABC, des locataires de Grenoble Habitat expérimentent le logement économe du futur

Après 2 ans de travaux, des locataires "pionniers" ont investi la résidence ABC. Ils expérimentent le logement du futur : économe, durable, et participatif. Au coeur de l'écoquartier grenoblois de la Presqu'île, ABC expose ses panneaux solaires géants. On vous explique comment ça marche !
Les panneaux solaires d'un des deux immeubles de la résidence ABC à Grenoble
Les panneaux solaires d'un des deux immeubles de la résidence ABC à Grenoble © Philippe Chancel / Grenoble Habitat
C'est un bâtiment flambant neuf que l'on reconnaît de très loin, grâce à ses panneaux solaires géants.

A Grenoble, la résidence ABC , "Autonomous Building for Citizens", veut devenir le premier bâtiment autonome de France. Objectif : atteindre les 70% d'autonomie moyenne en électricité. 
 
durée de la vidéo: 00 min 42
Un petit aperçu de la résidence ABC

En juillet dernier, 62 locataires ont emménagé dans cette résidence Grenoble Habitat. A deux pas du tramway, de Métro Vélo et d'une station d'autopartage, dans ce nouvel écoquartier de la Presqu'île, en face du C.E.A

Les locataires ont été sélectionnés pour leur motivation à moins consommer. Ils disposent de 180 places dans les garages à vélos de la résidence.

"On ne fait pas ça pour payer moins cher. On veut vraiment réduire notre impact sur l'écosystème" affirme Yassine Gebrati, locataire.
 
durée de la vidéo: 01 min 47
ABC vu d'en haut

Grenoble Habitat a équipé les logements d'appareils électroménagers hyper-économes A+++. Toujours dans l'objectif de consommer le moins possible. 


Mais d'où vient l'énergie électrique ?


Sur les toits-terrasses se dressent 688 panneaux solaires exposant une surface totale de 1 100 m². Ils captent la lumière du soleil pour la transformer en énergie électrique, stockée dans des batteries en pied de bâtiment, et dans les émetteurs de chauffage des appartements. 

Cette énergie va pouvoir ainsi alimenter les logements, notamment en éclairage, équipés d'ampoules LED basse consommation. 

"On allume vraiment quand il n'y a plus de lumière du jour. Les brise-soleil orientables nous permettent d'en profiter au maximum" expliquent Anne et Yassine, locataires.
durée de la vidéo: 00 min 09
Comment le soleil alimente ABC ?


Les logements sont aussi équipés de douches connectées. Le pommeau de la douche passe du vert au rouge si l'on consomme trop d'eau. Et chez ABC, on ne gaspille pas non plus d'eau potable dans les toilettes. 

En fait, l'eau utilisée dans les logements, c'est de l'eau de pluie recyclée. 
 


Mais comment l'eau de pluie est-elle recyclée ?


L'eau de pluie qui ruisselle sur les panneaux solaires est canalisée et dirigée vers la centrale d'eau située au rez-de-chaussée. Elle y est traitée, potabilisée, et même reminéralisée avec un peu d'eau du réseau classique. 

Ensuite elle est remontée vers les éviers, lavabos et douches des logements. Cette eau, une fois utilisée, est à nouveau traitée pour servir dans les WC. 

Objectif : réduire la consommation d'eau de 65%.
durée de la vidéo: 00 min 10
Comment la pluie alimente ABC ?


ABC se veut une résidence économe, mais aussi durable. Les logements bénéficient du triple vitrage, et l'isolation extérieure est constituée de plaques de liège épaisses de 18 centimètres. 

Elles sont placées entre le béton bas carbone et l'enduit. 

"Cet été, c'était vraiment agréable. Dehors il faisait 33 degrés, et à l'intérieur on avait 25 degrés" se réjouissent Anne et Yassine, locataires. 

 

ABC résidence économe et durable ?


Grenoble Habitat, bailleur social, promoteur et constructeur détenu à 51% par la Ville de Grenoble, a investi plus de 13 millions dans cette résidence innovante. Il a fallu deux ans de travaux pour faire sortir de terre les deux bâtiments ABC.

L'architecte Valode et Pistre a dessiné, Bouygues et Suez ont conçu et construit, GEG exploite la ferme photovoltaïque. Pour ce chantier unique en son genre, Bouygues a utilisé du béton dit bas carbone.

Un matériau réputé écologique, mais qui bénéficie d'un vide juridique selon l'Oeil du 20 heures.
 
Deux ans de travaux

ABC veut enfin réduire de 40% sa production d'ordures ménagères. Les épluchures de fruits et légumes de chaque famille peuvent alimenter le compost collectif du jardin partagé au pied de la résidence.
 

ABC, résidence participative


L'association Cultivons nos toits aide les locataires à gérer par eux-mêmes ce potager de 360 m². Et ils ont déjà la joie d'afficher quelques belles récoltes.
 
Courgettes, betteraves, salades... le jardin partagé est d'ores et déjà productif !
Courgettes, betteraves, salades... le jardin partagé est d'ores et déjà productif !

Sur les 62 locataires, 20 habitent un logement social. Le jardin agit ici comme un accélérateur de rencontres entre voisins. 

"Pour une fois, c'est pas une démarche trop bobo, qui vise des gens qui ont les moyens. C'est mélangé. Y a du logement intermédiaire et du logement social" explique Virginie Gonzales, une locataire.

A titre d'exemple, un T4 de 87 m² coûte mensuellement 527 euros de loyer moyen, et 199 euros de charges prévisionnelles, en logement social. 880 euros de loyer et 220 euros de charges en logement intermédiaire.
 
durée de la vidéo: 06 min 11
6 minutes pour découvrir ABC de l'intérieur
 

Les pionniers de l'habitat de demain


L'implication des habitants, c'est la clé de l'expérience. ABC pourrait servir de modèle ailleurs en France. 

Durant 5 ans, les équipes de Bouygues et Grenoble Habitat vont suivre et analyser le fonctionnement de ce qu'elles considèrent comme un "démonstrateur". 

Elles vont donc accompagner les locataires, les guider et soutenir dans la réduction de leurs consommations, le tri des déchets, les déplacements, et la construction d'actions collectives. 

Les habitants d'ABC sont des pionniers. Ceux de l'habitat de demain : économe et participatif.

Une expérience à suivre... pour mieux "vivre ensemble" ?







 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société innovation environnement écologie technologies économie social