Isère : un corps découvert dissimulé dans une bâche au fond d'un fossé

Dimanche, un habitant de Charette (Isère) a découvert un corps enroulé dans une bâche plastique, dans un fossé en périphérie de la commune. / © France3 Alpes
Dimanche, un habitant de Charette (Isère) a découvert un corps enroulé dans une bâche plastique, dans un fossé en périphérie de la commune. / © France3 Alpes

Le cadavre a été découvert à Charette (nord-Isère), ce dimanche, par un habitant du village. Une enquête a été ouverte.

Par L. B.

C'est un chasseur, habitant de Charette (Isère), qui a découvert le corps ce dimanche, intrigué par le comportement de son chien. Alerté vers 19h, le maire de ce village de 472 habitants se rend sur place et découvre, dans un fossé en limite d'une route départementale, une bâche plastique scotchée. Il remarque notamment un pendantif et comprend que ce n'est pas un animal. "C'était au bord d'un chemin de terre qui mène à des champs, éloigné des habitations", raconte Hervé Courtejaire, l'édile. "Il faut vraiment connaître pour y aller." Les gendarmes sont rapidement alertés.
 

"Difficile de dormir cette nuit"

"On n'est pas habitué à faire ce genre de découverte. Charrette est un des villages du nord-Isère où il y a le moins de délinquance", poursuit Hervé Courtejaire, son maire depuis 2014. "En général, ce sont des animaux que nous trouvons, mais c'est la première fois qu'on découvre un corps dans cet état et, surtout, il y avait une odeur désagréable. Ca a été difficile de dormir cette nuit."

Les enquêteurs et les gendarmes de l'identification criminelle ont investi les lieux une partie de la nuit, détaillent nos confrères du Dauphiné Libéré. Des gendarmes sont ensuite restés sur place toute la nuit pour sécuriser le site. Ce lundi, le corps, apparemment mutilé, a été transporté pour une autopsie et une trentaine de gendarmes ont ratissé jusqu'en début d'après-midi les alentours avec l'aide d'un drône pour rechercher des indices.

Une enquête pour assassinat a été ouverte. Elle a été confiée à la section de recherche de Grenoble et à la brigade de recherches de La Tour du Pin.

Sur le même sujet

Grêle en Drôme : un nouveau coup dur

Les + Lus