• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Massif des Ecrins : découverte du refuge du Promontoire, un lieu “mythique” à près de 3 100 mètres d'altitude

Le refuge du Promontoire se situe au pied de la Meije. / © Vincent Habran / France 3 Alpes
Le refuge du Promontoire se situe au pied de la Meije. / © Vincent Habran / France 3 Alpes

Dans le massif des Ecrins, au pied de la Meije, Sandrine Delorme est la nouvelle gardienne du refuge du Promontoire, à près de 3 100 mètres d'altitude. Découverte.

 

Par Aurélia Abdelbost

Le refuge du Promontoire est un site emblématique du massif des Ecrins. Niché à près de 3 100 mètres d'altitude, sur l'arête du Promontoire, il est le point de départ d'une course mythique : la traversée de la Meije. Suspendu dans le vide, son balcon offre une vue imprenable. "C'est un refuge mythique", assure Nathalie Ollivier, alpiniste, en observant le paysage.

 

"Ca devient notre maison"

Le refuge fête ses 53 ans. Cette année, Sandrine Delorme, 20 printemps de moins que le bâtiment, vient de s'y installer. Elle est désormais la gardienne des lieux. "C'est un refuge qui est quand même dur à garder, les conditions sont dures, on n'a pas d'eau, il fait froid. Ca demande beaucoup d'énergie, mais moi, je l'ai", souligne la gardienne. Le précédent gardien, Freddy Meignan, est resté durant 10 ans.

Pour Sandrine Delorme, c'est comme un aboutissement après d'autres expériences dans des refuges de moindre altitude. Cinq mois dans l'année, la nouvelle gardienne va accueillir alpinistes mais aussi randonneurs qui viennent se frotter à la haute montagne. "J'aime bien regarder partir les alpinistes, je leur donne quelques conseils", indique la gardienne des lieux. "Il faut aimer être seul mais aussi recevoir du monde, ça devient notre maison", explique-t-elle. 
 
reportage gardienne de refuge
Intervenants : Nathalie Ollivier, alpiniste et Sandrine Delorme, gardienne du refuge du promontoire.  - Vincent Habran, Dominique Semet et Clémentine Fayolle. 

Il y a un an, un écroulement a rendu la voie normale de la traversée de la Meije dangereuse. Or, c'est cette voie historique qui attire beaucoup d'alpinistes. Sa disparition éventuelle aura-t-elle un impact sur la fréquentation du refuge ? Les guides ont commencé à travailler sur un itinéraire alternatif.

 

Sur le même sujet

Ce 23 septembre, Federica a percé le dernier mur

Les + Lus