Un Tour de France cycliste pour sensibiliser aux maladies respiratoires

Une cinquantaine de coureurs, dont une dizaine atteints de BPCO, ont pris le départ de la première étape de ce Tour de France, entre le lac de Paladru et le CHU Grenoble-Alpes (Isère). / © Daniel Despin/France3 Alpes
Une cinquantaine de coureurs, dont une dizaine atteints de BPCO, ont pris le départ de la première étape de ce Tour de France, entre le lac de Paladru et le CHU Grenoble-Alpes (Isère). / © Daniel Despin/France3 Alpes

Dans le viseur de ces coureurs -malades et non-malades- : la BPCO, ou bronchopneumopathie chronique obstructive. Cette maladie, qui touche notamment les fumeurs, crée une obstruction des poumons et des voies aériennes et entraîne de fortes difficultés respiratoires.

Par Loic Blache

Ils étaient une cinquantaine de coureurs, ce lundi matin, au Lac de Paladru (Isère). Le point de départ d'un Tour de France en 5 étapes (voir en fin d'article) pour alerter sur les dangers de la BPCO, une maladie respiratoire qui affecte les poumons et les obstrue. Le principal facteur est le tabac (tabagismes actif et passif), mais le mode de vie (sédentarité) joue aussi. Plus de trois millions de Français seraient concernés par cette maladie.

"Les malades n'arrivent plus à faire sortir l'air", explique Christian Brambilla, un ancien chef de pôle oncologie et pneumologie au CHU Grenoble-Alpes (La Tronche). "Le travail respiratoire devient alors énorme pour eux. Ils manquent d'oxygène et s'épuisent. Et quand il y a une grippe ou une infection respiratoire, ils se retrouvent dans une situation catastrophique."
 

Troisième cause de mortalité en France

L'ancien professeur a pris ce matin le départ de ce Tour de France, aux côtés d'une cinquantaine de coureurs, dont une dizaine atteints de BPCO. Ces derniers, sous assistance respiratoire, vont donc rouler avec un binôme qui portera leur appareil. Un véritable défi et une confiance envers son coéquipier.
 
Un Tour de France pour sensibiliser à la BPCO, une maladie respiratoire

"On n'a pas choisi le sport le plus simple", reconnaît Philippe Poncet, l'organisateur de ce Tour de France depuis 2013, atteint par la maladie. "Il faut gérer plusieurs aspects : la puissance, la vélocité, le cardio et surtout le respiratoire." Avant le départ, chaque coureur atteint se "branche" à l'appareil respiratoire porté sur le dos de son binôme. Une fois le branchement effectué, le groupe peut s'élancer.
 
Pour faire leur Tour de France, les coureurs atteints de BPCO doivent courir en binôme : c'est leur coéquipier qui transporte leur appareil respiratoire auquel ils sont reliés. / © France3 Alpes
Pour faire leur Tour de France, les coureurs atteints de BPCO doivent courir en binôme : c'est leur coéquipier qui transporte leur appareil respiratoire auquel ils sont reliés. / © France3 Alpes

"Le but, c'est de parler de la BPCO au plus large public possible", poursuit Philippe Poncet. L'homme est engagé depuis plusieurs années dans ce combat médiatique. "C'est un sujet de société : la troisième cause de mortalité en France, des dizaines de milliers de décès par an."
 

Selon O²&Cie, l'association de Philippe Poncet, la BPCO tue plus que l'asthme, la route, l'alcool, l'amiante ou le sida. Les coureurs de ce Tour de France -professionnels et amateurs- demandent donc à ce qu'un plan stratégique de prévention "à la hauteur d'un fléau annoncé depuis longtemps" soit mis en place.
 

Les étapes du Tour de France BPCO

Lundi 16 septembre, étape des Alpes : Le Lac de Paladru > CHU Grenoble-Alpes
Mardi 17 septembre, étape de la Drôme : Dieulefit > Valence (université Agiradom)
Jeudi 19 septembre, étape de Franche-Comté : Pontarlier > CHRU Besançon
Jeudi 3 octobre, étape de Haute-Provence : Valensole > Gréoux-lès-Bains
Samedi 5 octobre, étape du Var : La Crau > La Londe Les Maures

Sur le même sujet

Lyon : plongez dans l'oeuvre de Picasso!

Les + Lus