Cet article date de plus de 4 ans

Vincent Chriqui, maire de Bourgoin-Jallieu,en Isère, devient directeur de campagne de François Fillon

Patrick Stefanini, qui a démissionné vendredi 3 mars 2017 du poste directeur de campagne de François Fillon sera remplacé dès lundi 6 mars 2017 par Vincent Chriqui, maire de Bourgoin-Jallieu, en Isère. 
"Patrick Stefanini sera en responsabilité jusqu'à l'issue du grand rassemblement populaire de dimanche place du Trocadéro. Il sera remplacé lundi matin à la direction de campagne par Vincent Chriqui", maire de Bourgoin-Jallieu (Isère), a annoncé l'équipe de François Fillon dans un communiqué à l'AFP.

Vincent Chriqui, soutien historique de François Fillon

Le maire de Bourgoin-Jallieu, aussi membre du Conseil départemental, est un fervent soutien au candidat. Ancien directeur général du Centre d'analyse stratégique, il avait préalablement était nommé responsable financier de la campagne et membre de l'équipe rapprochée de François Fillon. 

Les deux hommes se connaissent depuis longtemps. Vincent Chriqui a longtemps été conseiller ministériel de François Fillon et était même directeur de son cabinet quand ce dernier était Premier ministre de Nicolas Sarkozy. 

Jeudi 2 mars dernier, alors que François Fillon apprenait sa mise en examen, Vincent Chriqui annonçait sur Twitter qu'il offrait son parrainage au candidat des Républicains. 

A Bourgoin-Jallieu, l'opposition monte au créneau critiquant les multiples mandats en cours du maire. 

durée de la vidéo: 01 min 48
Vincent Chriqui, nouveau directeur de campagne de Fillon

Il me paraissait préférable que tu arrêtes ta campagne

Dans sa lettre de démission, mis en ligne par le Journal du Dimanche, M. Stefanini avance deux raisons à sa décision.

"La première est personnelle", M. Stefanini s'estimant "minoritaire" au sein de l'équipe de campagne depuis l'annonce mercredi du maintien du candidat malgré une probable mise en examen à la mi-mars. "Il me paraissait préférable que tu arrêtes ta campagne", souligne-t-il.

"Je ne suis donc plus le mieux placé pour diriger ta campagne et j'en tire les conclusions", poursuit Patrick Stefanini.

M. Stefanini avance une seconde raison "politique" car, même s'il juge que François Fillon "peut encore gagner l'élection présidentielle", cette "victoire n'est pas certaine pour autant", écrit-il

"Ta défaite au soir du premier tour ne peut donc plus être exclue. Elle placerait les électeurs de la droite et du centre devant un choix cornélien. Je me refuse à assumer cette perspective", écrit-il.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique françois fillon élection présidentielle élections