Laurent Boix-Vives, ancien président du leader mondial du ski Rossignol, est mort à 93 ans

Laurent Boix-Vives avait dirigé l'entreprise iséroise Rossignol pendant presque 50 ans, de 1956 à 2005. Il s'est éteint jeudi 18 juin, à l'âge de 93 ans. 

Laurent Boix-Vives le 22 mars 2005.
Laurent Boix-Vives le 22 mars 2005. © Henri Porchier/MaxPPP

Laurent Boix-Vives, le président "emblématique" de Rossignol, "s'est éteint" jeudi 18 juin à l'âge de 93 ans, a annoncé le lendemain soir le leader mondial des équipements de sports d'hiver.

"Nous perdons aujourd'hui un symbole, un mentor et un ami", a déclaré dans un communiqué Bruno Cercley, l'actuel président du groupe dont le siège mondial est à Saint-Jean-de-Moirans en Isère. Il a également fait part de l'émotion "très vive au sein de la grande famille Rossignol" à la suite de cette disparition.

Le Groupe Rossignol perd sa figure emblématique, qui a su faire d'un petit atelier artisanal à Voiron (Isère) le premier groupe mondial de ski. Laurent Boix-Vives a certainement écrit l'une des plus belles pages entrepreneuriales du XXe siècle.

Bruno Cercley, président de Rossignol

Success story à l'iséroise

Dépeint comme "un industriel visionnaire", et un "entrepreneur passionné", Laurent Boix-Vives avait racheté en 1956 l'entreprise Rossignol, créée en 1907, et l'avait dirigé pendant près de 50 ans jusqu'en 2005.

"Misant sur l'innovation et l'internationalisation", il avait non seulement réussi à hisser la marque au rang de numéro un mondial du ski mais aussi permis le développement de ce secteur et "des sports d'hiver en France et dans le monde". Il a notamment participé à la création et au développement de la célèbre station de Courchevel, en Savoie.

Le Groupe Rossignol, qui  emploie 1 500 personnes dans le monde dont 750 en France, réalise 80% de son chiffre d'affaires à l'export, indique son site internet. Il possède outre Rossignol, les marques Dynastar, Lange, Look et Kerma notamment. Depuis 2013, Rossignol est majoritairement détenu par le fonds d'investissement scandinave Altor.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
disparition ski sport