Cet article date de plus de 6 ans

"Le Mont Blanc pour star" : trois questions à Christian Prud'homme, directeur du Tour de France

Christian Prudhomme, directeur du Tour, a désigné ce mardi 20 octobre, le Mont Blanc pour star du parcours de la prochaine édition. Dans la dernière semaine, trois étapes de montagne auront lieu dans les Alpes, à proximité de la plus haute montagne d'Europe.
Est-ce un Tour pour grimpeurs ?

C.P : "Le Tour est toujours pour les grimpeurs. Si on n'est pas grimpeur, on ne peut pas gagner le Tour de France. Il faut grimper bien sûr, il faut surtout être constant, avoir des qualités physiques et nerveuses pour résister trois semaines. L'an dernier, le Tour s'est joué autant dans le vent de la Zélande dès le premier dimanche que dans la montagne. Cette année, la palette des possibles a été élargie au maximum, entre les 5e et 20e étapes. Sur les premières arrivées en montagne, il faudra monter et aussi descendre."

Vous avez évoqué l'esthétisme de ce Tour...

C.P : "Le critère sportif est capital mais l'aspect esthétique l'est tout autant. La France du Tour doit être belle. Cette fois, la première image du Tour qui sera vue dans le monde sera celle du Mont Saint-Michel, qui appartient au patrimoine mondial de l'humanité. Le Tour n'y est allé que deux fois en plus de cent ans d'histoire. Après, ce sont les rivages de la Manche, avec le "plus beau kilomètre de France" selon l'expression d'Eisenhower, Angers, la cité de Carcassonne, le Mont Blanc, Chantilly, beaucoup de lieux formidables."

Le Mont Blanc est-il la star de ce Tour ?

C.P : "Sans aucun doute. On va tourner autour du Mont Blanc pendant trois jours. Arriver par la Suisse, avec une ligne d'arrivée qui sera tracée au barrage d'Emosson, à côté des neiges éternelles, aller à Saint-Gervais Mont Blanc de l'autre côté. Le terrain sera sublime."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport