Les Icares du cinéma: des toiles qui font rêver à Saint-Hilaire du Touvet

Les Icares du cinéma: des toiles qui font rêver
D.Borrelly/C.Picaud/H.Cadet-Petit/S.Villatte/T.Huyn - France 3 Alpes

À Saint-Hilaire du Touvet, le spectacle est dans le ciel et sous le chapiteau des Icares du cinéma. Le tout premier Festival International du film de vol libre et des sports aériens est né sur le plateau des petites roches en 1983, dix ans après la coupe Icare.

Par France 3 Alpes

Au fil des années, l'image et la vidéo ont pris une place prépondérante, offrant aux hommes volants la possibilité de partager le frisson aérien avec de plus en plus d'adeptes. Aujourd'hui, la manifestation accueille près de 20 000 spectateurs et fait référence pour tous les professionnels de l'image comme pour les pilotes.

Pour cette 34e édition, une quarantaine de films venus du monde entier ont été sélectionnés, autant de productions cinématographiques (courts, moyens et longs métrages) autour du thème de l'air, du vent, du vol et de tous les sports aériens parapente, delta, chute libre, montgolfière, planeur, base jump…

Parmi ces films, "Solo base" du catalan Xavier Coll suit son compatriote David Fusté notamment sur d'impressionnantes falaises du nord de l'Espagne. Ce grimpeur en solo devenu base jumper a fait de son rêve de voler une réalité. Le documentaire raconte la quête d'exploits de cet "extra-terrestre" fou d'escalade et de chute libre qui porte un regard lucide sur les risques assumés de cette vie sur le fil.



Plus planant, "Libres comme l'air", coproduit par France 3, d'Antoine Boisselier et Nicolas Hairon suit des pilotes adeptes de grandes virées en delta, en parapente et en planeur. Un voyage de 52 minutes qui explore toutes les facettes du vol libre et la relation intime avec le plus insaisissable des éléments, l'air. Originaire de Saint-Hilaire, Antoine Boisselier, vice champion du monde de deltaplane de distance l'an dernier, a déjà été primé en 2011 pour son film "Le Nid".



Récits d'aventures, portraits intimes, films d'animation, les formes sont multiples. Certains films dévoilent des facettes plus insolites comme Headway, petit bijou d'un esthétisme bluffant signé Nicolas Romieu et Yohann Grignou. Trois minutes oniriques autour de la rencontre entre un violoniste et un funambule qui cherche son équilibre sur sa slackline. 



Enfin, dans un esprit plus déjanté, le duo de pilotes potaches François Ragolski, champion du monde 2016 de parapente acrobatique et Martin Schricke, champion de speedriding  produisent une web-série pétillante "Don't try this at home". Des petits films où les deux complices jouent les super héros. L'un des derniers épisodes "James Bond is a paraglider pilot" est un hommage à l'agent 007.



D'autres pépites sont présentées en plein air et sous le chapiteau depuis jeudi. La dernière soirée des Icares du Cinéma se déroule samedi soir.

Le palmarès sera donné par le Jury du Festival. Composé de professionnels de l'image (producteurs d'émissions, réalisateurs...) et de pratiquants du vol libre, il réunit notamment cette année Muriel Barra, réalisatrice, dont le film "Freedom, la légende des aigles a reçu deux Icares l'an passé, le producteur Sébastien Devrient, le réalisateur espagnol Javier Barayazarra et la photographe chinoise Amanda Lu, qui rêve de produire un Hors les Murs des Icares du Cinéma en Chine.


Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

L'Université Grenoble Alpes veut provisoirement héberger les migrants dans d'anciens locaux

Près de chez vous

Les + Lus