Emmanuel Macron à Montbrison : comment une friche industrielle va se transformer en nouveau quartier dans le centre-ville

C'est la première fois qu'un président de la République se rend dans cette commune de la Loire. Pourquoi Montbrison? La friche Gégé ancienne usine de jouet réhabilitée y fait figure d'exemple pour revitaliser le centre-ville.

Pour la première fois dans l'histoire de la 5e République, Montbrison accueille le chef de l'Etat ce lundi 25 octobre 2021. Une visite sur fond de plan de relance et de pré-campagne électorale sur cette commune de 16 000 habitants dont le centre-bourg a perdu de sa superbe et cherche à se redynamiser. 

Le défi des centres villes 

Montbrison fait partie des 222 communes concernées par le projet Action cœur de ville. Un dispositif de synergie entre différents acteurs pour redonner vie à des centres villes délaissés ou en perte de vitesse. 

Montbrison, Romans sur Isère, Annonay pour ne citer qu'elles sur 27 villes d'Auvergne Rhône Alpes, ont également engagé cette Action cœur de ville. Ces territoires au passé faste, ont en commun une riche histoire industrielle et souvent des bâtiments à l'abandon. D'anciennes usines ou sièges sociaux de fleurons français qui ont cessé leur activité, et faute d'entretien, sont devenues des verrues sur le territoire. 

A Montbrison on parle de l'ancienne entreprise de jouets pour enfants : Gégé. Une friche qui va être réhabilitée en nouveau quartier avec 67 logements articulés autour d'une place, avec une crèche et un centre médical. 

"C'est un projet intergénérationnel" se félicite le maire, Christophe Bazile (Divers droite) ."Nous aurons aussi de la mixité sociale et sans le dispositif action cœur de ville ce type de projet à 20 millions d'euros n'aurait pas été possible pour une ville comme la nôtre." 

"Nous la France Moyenne" 

"C'est bien de s'intéresser aux villes moyennes, de se rendre compte comment on vit. On a de la chance c'est assez vivant Montbrison mais c'est bien qu'on garde notre attractivité et que le président se rende compte de qui nous sommes, nous la France moyenne " estiment Annie et Joséphine deux habitantes croisées dans le centre-ville qu'elles estiment agréable à vivre. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emmanuel macron politique industrie économie