Saint Etienne : suite à des chants homophobes à Geoffroy-Guichard, "Rouge direct" interpelle le ministère des sports

Suite à des chants homophobes entendus au Stade Geoffroy-Guichard lors du match ASSE-Lorient, le collectif "Rouge Direct" interpelle Roxana Maracineanu, la ministre des sports mais également la Ligue de Football Professionnel et l'As Saint-Etienne pour que les sanctions prévues soient appliquées.

"Lanceur d'alerte contre l'homophobie dans le sport. L'injure homophobe = 1 an de prison et 45 000 € d'amende", sur Twitter, c'est avec ces mots que le collectif "Rouge Direct" se présente. Lundi 9 août 2021, il a une nouvelle fois lancé l'alerte, partageant une vidéo de chants homophobes entonnés par des supporters des verts lors du match ASSE-Lorient la veille. 

"Hurler dans un stade : sale PD pour injurier l'adversaire, pour nous, pour les personnes LGBT, pour les gays, c'est extrêmement violent", dénonce le porte parole de Rouge direct Julien Pontès auprès de France Bleu. "Il faut leur expliquer que c'est puni par la loi, que c'est quelque chose qui est grave, au même titre que le racisme ou que l'antisémitisme". 

"On a mis sur la table un chant homophobe qui est très clair, qui vient de la part de supporters stéphanois", poursuit Julien Pontès. "On attend d'ailleurs que le club de Saint-Étienne condamne et que la commission de discipline de la LFP applique le règlement et sanctionne ces chants homophobes.

Charte entre l'ASSE et le Paris Foot Gay

Des chants d'autant plus chocants, pour Julien Pontès, que l'ASSE a signé une charte avec le Paris Foot Gay du temps de son existence. "C'est vrai qu'entendre ces chants homophobes à Geoffroy-Guichard c'est encore un peu plus cruel pour nous parce qu'à l'époque du Paris Foot Gay on avait signé une charte avec le club de Saint-Etienne et entendre de nouveau ces chants homophobes dans le Chaudron, ça nous fait mal. Et on attend vraiment, de la direction du club, qu'il condamne sans attendre et très fermement ces chants homophobes". 

Des matchs arrêtés ? 

En juillet 2019, le président de la République Emmanuel Macron s'était dit favorable à l'arrêt des matchs en cas de chants ou d'insultes homophobes venant des tribunes. Le président de la Fédération Française de Football, Noël le Graët, avait défrayé la chronique en se prononçant contrecette mesure  pour ces raisons, alors qu'il dit qu'il le ferait pour des questions de racisme. "L'homophobie c'est un problème national. Je n'accepte pas que seul le football soit concerné par l'homophobie parce que c'est tellement faux, c'est un problème national" s'était-il justifié. 

Avant la pandémie, la Ligue de Football Professionel avait finalement mis en place provisoirement des consignes pour arrêter les matchs en cas de chants homophobes venant des tribunes. Des consignes que le collectif "Rouge Direct" espère voir de nouveau appliquées. "On attend d'ailleurs que le club de Saint-Étienne condamne et que la commission de discipline de la LFP applique le règlement et sanctionne ces chants homophobes."

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport as saint-etienne homophobie société social économie