La Passementerie à l'heure de la Biennale du Design de Saint-Etienne avec l'exposition "Des passements de soi"

Publié le
Écrit par D.Mazzola (avec C.Exbrayat et C.Dol)

La passementerie offre un terrain illimité de création aux artistes textiles d'hier et d'aujourd'hui. C'est ce que veut montrer l'exposition "Des Passements de soi". A découvrir jusqu'en août au musée des tresses et lacets de La Terrasse sur Dorlay, dans la Loire.

Des combinaisons sans limites. C'est ce que permet l'art de la passementerie. Cette fabrication textile désigne l’ensemble de pièces étroites en fil de toute nature (végétal, animal, métallique…) brodées, tissées ou tressées. Les artisans multiplient les techniques mais aussi les matières. Les passementeries ornent les tissus, vêtements sacerdotaux, équipements militaires. Tissés, fabriqués à la main ou à la machine, certains de ces textiles d'ornement étaient également utilisés comme garnitures pour des pièces de mobilier. 

L'art textile a le vent en poupe

L'exposition "Des Passements de soi" propose un aperçu de ces combinaisons textiles illimitées. Des créations textiles sorties tout droit de l'imagination des tresseurs d'hier et d'aujourd'hui. L'exposition s'inscrit dans le cadre de la Biennale de Design de Saint-Etienne. 

"Le mot passement désignait autrefois des fabrications textiles de faibles largeurs. Elles n'excédaient pas 30 centimètres", explique Luce Chazalon, présidente de la Maison des tresses et lacets. "Nous avons voulu mettre en avant un savoir-faire traditionnel autour du tissage, du tressage, de la rubanerie et de l'art textile". Mais pas seulement, pour les organisateurs de l'exposition, il s'agissait de montrer l'évolution des savoir-faire, de proposer un aperçu des techniques de fabrication, "jusqu'aux tresses techniques".

"L'art textile a aujourd'hui le vent en poupe depuis 15 à 20 ans. Les artistes textiles, les designers et les créateurs se sont appropriés des savoir-faire. Ils les ont réinventés en fonction de leur imaginaire. Ils créent en fonction de leur propre mythologie", précise Luce Chazalon. 

Aux côtés des entreprises régionales qui ont contribué à l’exposition, on retrouve le travail d’Angélique Chesnesec, sculpteur sur métal et brodeur, ainsi que celui des créateurs textile Joëlle Thabaraud ou encore la stéphanoise Jeanne Goutelle.

L'exposition est organisée jusqu'à fin août à la Maison des Tresses et Lacets, à La Terrasse-sur-Dorlay. Aujourd'hui, cet musée-atelier témoigne du riche passé industriel local.

durée de la vidéo : 00h01mn48s
La Passementerie à l'heure de la Biennale du Design de Saint-Etienne avec l'exposition "Des passements de soi". A voir à La Terrasse-sur-Dorlay, dans la Loire. ©France tv

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité