Loire : une fusillade a éclaté dans le centre-ville de Saint-Etienne, un homme a ouvert le feu sur des policiers

Un homme a ouvert le feu sur des policiers ce samedi 7 août à Saint-Etienne, dans la Loire. Touché par des tirs de riposte, son pronostic vital est, ce dimanche 8 août, stable. L'homme, tout comme son complice, se faisait passer pour un policier. La police judiciaire a été saisie, l'IGPN également.

Les faits se sont d'abord déroulés cours Gustave-Nadaud, à Saint-Etienne dans la Loire, rapportent nos confrères de France Bleu Saint-Etienne Loire. Deux hommes âgés d'une trentaine d'années se faisaient passer pour des policiers et n'hésitaient pas à faire des palpations sur des passants. Sauf que des policiers de la Bac remarquent que l'un des protagonistes est armé. Ils décident d'intervenir pour les interpeller.

Des tirs échangés

Alors que deux hommes se faisant passer pour des policiers venaient de voler un téléphone à une personne âgée devant le lycée Etienne Mimmard à Saint-Etienne, des policiers de la Bac interviennent pour les interpeller.
L'un se rend et a été immédiatement placé en garde à vue. Ce dimanche 8 août, sa garde à vue a été prolongée. L'autre, en revanche, prend la fuite. Plusieurs tirs sont alors échangés. L'homme en fuite est blessé, mais parvient à s'échapper, toujours à pied en direction de la place Chavanelle, dans le centre-ville de Saint-Etienne.

Des policers en renfort

Les policiers en place sur la manifestation contre le pass sanitaire et la vaccination obligatoire sont appelés en renfort. Ils retrouvent la trace de l'homme blessé dans un immeuble de la place Antonin Moine. Après de nouveaux tirs selon un témoin, il est interpellé. Blessé aux jambes et au bas ventre, il a été transporté à l'hôpital. Son pronostic vital, engagé, est, ce dimanche 8 août, stable. Il a été placé en garde à vue en cette fin de matinée.

La PJ et l'IGPN saisies

Avant les faits, les deux hommes avaient été déjà repérés à Saint-Chamond. Selon le procureur adjoint de Saint-Etienne, André Merle, l'un est connu pour des faits mineurs, l'autre a un passé judiciaire lourd. L'un est originaire de Vénissieux, l'autre de la ''basse vallée du Rhône''. 

Les deux complices, qui se faisaient passer pour des policiers, sont poursuivis pour usurpation d'identité, tentative d'extorsion avec arme et tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique. La police judiciaire a été saisie, ainsi que l'IGPN, l'inspection générale de la police nationale.
L'arme retrouvée est une arme non létale. Mais selon un témoin, une autre arme aurait été utilisée. L'enquête se poursuit.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité justice