Sécheresse et prix progressif de l'eau : un village de la Loire a déjà pris de l'avance

La commune de Saint-Julien-Molin-Molette fait fi du "plan eau" annoncé jeudi 30 mars par Emmanuel Macron. Depuis trois ans déjà, l'équipe municipale modernise et rend son réseau d'eau performant. Dès juillet, plus ils consommeront, plus le mètre cube d'eau coûtera cher aux habitants.

Elle le dit avec le sourire : "Macron m'a piqué mon idée !". Céline Elie est maire de Saint-Julien-Molin-Molette dans la Loire. Une commune de 1100 habitants, située dans le massif du Pilat. Céline Elie parle avec un ton direct, qui laisse transparaître son pragmatisme.

Chasse au gaspi

En 2020, année où débute son mandat, elle prend en main un projet de modernisation du réseau d'eau de la commune. Les habitants sont alimentés principalement par la source du Mantel, puis par la rivière du Ternay si le débit de la source est insuffisant. Des travaux doivent être entrepris. "L’entretien n’ayant pas été réalisé depuis des décennies sur les sources du Mantel", le réseau doit être repris pour chasser les fuites et le gaspillage. Depuis trois ans, la commune dépense au moins 30.000€ chaque année pour la remise en état de son réseau d'eau.

"Ça va être pire que l'année dernière"

Mais ces travaux ne suffisent pas à pallier le manque d'eau. A l'été 2022, la situation est critique. Le débit de la source est de 8mpar heure au lieu de 30. Il faut agir. La commune commande une livraison de 150m3 d'eau par camion citerne. Pour 2023, Céline Elie prévoit au moins cinq livraisons. "On sait que ça va être pire que l'année dernière. En janvier 2022, le débit était de 50m3. C'est moitié moins à la même période en 2023."

Une tarification différenciée en fonction de la consommation

Pour économiser l'eau, la mairie affiche un drapeau vert, orange ou rouge sur sa façade en fonction du niveau d'eau disponible. En août 2022, drapeau rouge. La population joue le jeu. "On est passé de 200mà 160mde consommation d'eau par jour".

Dans un registre plus symbolique, les toilettes publiques de la commune sont devenues sèches.

Mais la municipalité compte bien passer à la vitesse supérieure. Mais pas en augmentant le prix de l'eau dès les premiers mètres cube. "Les riches, s'ils remplissent leur piscine pour 300€ de plus, ça ne va pas les arrêter !" observe Céline Elie.

L'élue prévoit de laisser les 20 premiers mètres cubes vitaux au prix de 80 centimes d'euros. Le mètre cube passera ensuite à 1,25€ pour une consommation de 20 à 80m3 et à 2€ de 80 à 500m3. En France, la consommation d'eau d'un adulte est de 55mpar an et de 20m3 pour un enfant.

"Pour les entreprises comme l'Ehpad ou la brasserie qui consomment plus de 500m3, nous étudions la possibilité de ramener le prix à 1,50€ pour ne pas les pénaliser". Le conseil municipal devrait voter cette mesure en mai pour une mise en application dès juillet.

Le "plan de sobriété" d'Emmanuel Macron

"Un plan de sobriété sur l'eau" sera demandé "à chaque secteur" d'"ici à l'été", a prévenu Emmanuel Macron jeudi 30 mars. Le président a cité "l'énergie, l'industrie, le tourisme, les loisirs" mais un effort sera également demandé aux particuliers, à l'aide d'un "EcoWatt de l'eau".
Ils y seront encouragés par la généralisation en France d'une "tarification progressive et responsable" de l'eau. Les "premiers mètres cubes" seront "facturés à un prix modeste, proche du prix coûtant", mais "au-delà d'un certain niveau, le prix du mètre cube sera plus élevé".

Les experts climat anticipent une diminution de 10% à 40% de la ressource en eau en France dans les prochaines décennies.