VIDEO - La chirurgie cardiaque en 3D au CHU de Saint-Etienne : une technique innovante et "mini-invasive" au service du patient

Publié le
Écrit par D.Mazzola (avec C.Dol et C.Lepoittevin)

Depuis quelques mois, le CHU de Saint-Etienne utilise la vision 3D pour opérer les patients souffrant de certains problèmes cardiaques. Très peu de chirurgiens de la spécialité utilisent cette technique de pointe en France. Elle offre pourtant de nombreux avantages pour le patient et le praticien.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

C'est une technique encore peu répandue en France mais pratiquée au CHU de Saint-Etienne. La vision 3D est utilisée pour des interventions cardiaques très pointues. Cette chirurgie "mini-invasive" d'une grande précision permet des réparations parfois impossibles avec la chirurgie classique.

Valve cardiaque défaillante 

Ce jour-là, au CHU de Saint-Etienne, la patiente qui se trouve sur la table d'opération n'a que 50 ans mais déjà un sérieux problème cardiaque. C'est la défaillance d'une valve, bien visible à l'échographie, qui a rendu l'intervention nécessaire. 

"Une partie ne fonctionne plus très bien, elle n'est plus étanche et donc le sang qui est censé aller dans un sens reflue massivement", explique le Docteur Nathalie Grand, anesthésiste en chirurgie cardiaque. "Ce sont des patients qui sont très essoufflés, qui peuvent faire des décompensations cardiaques, qui peuvent être hospitalisés fréquemment et à terme, le cœur s'abîme". 

Une chirurgie conventionnelle nécessiterait une sternotomie. Il s'agit d'une ouverture du sternum sur près de 25 cm. Elle se pratique sous anesthésie générale et consiste à ouvrir le sternum verticalement. 

Avec la technique utilisée ce jour, l'incision va être à peine plus grosse qu'une pièce de monnaie, juste ce qu'il faut pour introduire instruments et caméra, mais pas n'importe quelle caméra.

"Cette taille minimum (des instruments), on l'a acquise grâce à la vidéo 3D. Les équipes qui font de la chirurgie en vidéo 2D uniquement ont besoin de regarder pour avoir le relief des organes intra-thoraciques. Avec la 3D, on a résolu ce problème de relief", explique le Professeur Kazra Azarnoush, chef du service de chirurgie cardiaque.

La 3D : gain de précision et de fiabilité 

Lunettes 3D sur le nez, l'opération peut commencer sur grand écran. Au préalable, le cœur de la patiente a été arrêté et remplacé dans son rôle de pompe par une machine pour assurer la circulation sanguine. Très vite apparaît le cœur du problème : la valve mitrale défaillante à réparer. La 3D prend tout son sens pour cette intervention minutieuse.

"On sécurise le geste, on le rend plus précis, les temps opératoires sont beaucoup mieux respectés car tout le monde voit le geste en direct. On gagne en précision et en fiabilité", explique le chirurgien.

Pour la patiente du jour, la pose d'un anneau viendra sécuriser cette réparation et éviter la récidive dans le temps. "Cette patiente va repartir avec un cœur qui ne fuit pas", résume le chirurgien.

Moins de complications, de douleurs et une meilleure récupération. Ce sont les avantages inestimables de cette technique pour les patients. Mais pourtant une dizaine d'établissements seulement utilisent cette technique de pointe en France car elle a un coût. Il avoisine les 150 000 euros de matériel 3D et d'échographie, En formant des chirurgiens dans le vivier local, le Professeur Azarnoush espère étoffer son équipe pour offrir au plus grand nombre les bénéfices de cette technologie dernier cri. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité