Néris-les-Bains (03) : la gestion des thermes épinglée par la chambre des comptes

Publié le Mis à jour le
durée de la vidéo: 02 min 06
Néris-les-Bains : la gestion des thermes pointée du doigt par la Cour des comptes ©France 3 Auvergne

Dans un rapport, la chambre régionale des comptes épingle la gestion des thermes de Néris-les-Bains de  2008 à 2014. La société qui les exploite aurait fait des choix douteux, augmentant les charges financières et l'endettement. Le sujet est discuté le 28 décembre au soir en conseil municipal.

Alors que la petite cité thermale bourbonnaise hiberne, un rapport de la chambre régionale des comptes sonne comme un coup de tonnerre. Celui-ci pointe du doigt la gestion des thermes par la Semett, société d'économie mixte, entre 2008 et 2014.
 
Premier reproche : la Semett aurait été gérée par l'ancien maire comme un de ses services municipaux.
 
Sur le plan financier, la société d'économie mixte aurait favorisé la création du SPA les Nériades au détriment de l'entretien et du renouvellement des installations techniques des thermes. Ce qui pourrait expliquer, en partie, la pollution bactérienne de 2013 qui avait obligé l'établissement a fermé en plein milieu de saison.

Le maire s'exprime

Personne n’a souhaité nous répondre en cette période de fêtes, à la Semett comme à la direction des thermes. L'actuel maire, Alain Chapy, ne souhaite pas s'exprimer à leur place. Il nous a tout de même accordé un entretien hors caméra, dans lequel il explique que tout est fait pour aller dans les sens des recommandations faites par la cour des comptes.
 
L’élu précise que ce n'est plus lui qui gère la société d'économie mixte et rappelle que les thermes ont bénéficié de plus de 8,5 millions d'euros depuis la création de la Semett en 1991. Selon lui, le nouveau Spa fonctionne bien et est un équipement nécessaire pour une station thermale moderne.
 
Enfin, avant la fermeture temporaire de 2013, les comptes étaient équilibrés. Depuis, la municipalité a abandonné sa redevance d'environ 350 000 euros annuels, pour aider les thermes à se relever financièrement.

Rester positif

Cette année, 7 208 curistes sont passés par Néris-les-Bains, presque autant qu'avant 2013.
Dans la ville la plus part des habitants veulent tourner la page, notamment des commerçants.
 
« Je n’ai eu que des retours très positifs de la part des nouveaux curistes, signale Amélie Fromé, représente de l'union des commerçants de Néris-les-Bains. Ces gens assurent qu’ils reviendront en 2017, qui cherchent déjà à s’inscrire. Donc on part plutôt vers le positif et pas le négatif ».
 
La cité thermale espère que ce rapport n'effrayera pas outre-mesure les curistes. Les soins reprendront aux thermes début avril.