PHOTOS. Du sable du Sahara rend le ciel jaune-orange en Auvergne-Rhône-Alpes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Thomas Hermans

Des masses d'air venues d'Afrique du Nord ont transporté du sable saharien sur le sud de la France. A Grenoble, Lyon, sur les volcans du Puy-de-Dôme et même au sommet de l'Alpe-d'Huez, le ciel se teint d'un ocre menaçant... Mais pas d'inquiétude, ces particules ne sont pas dangereuses. 

Le ciel est ocre et la température douce en pleine hiver. Non, vous n'êtes pas dans un film catastrophe, mais bien dans les Alpes. Depuis ce matin du samed 6 février, les Alpes, l'Auvergne et la vallée du Rhône sont recouvertes d'une nappe de minuscules mais très nombreux grains de sable volatils. Un phénomène pas si rare que ça, mais qui impressionne aujourd'hui par son ampleur.

Mais que vient faire du sable à 3 000 mètres d'altitude au-dessus de l'Alpe-d'Huez ? "C'est un grand classique de l'hiver et de ses situations perturbées", explique Serge Taboulot, ingénieur météorologue, et ancien chef du Centre Météo-France des Alpes du Nord. "C'est tout simplement la reprise dans le flux atmosphérique de sables d'origine saharienne", ajoute-t-il.

Et pour franchir la mer Méditerrannée, ces résidus de tempêtes de sable ont emprunté "des flux d'air doux venus d'Afrique du Nord et qui recouvrent souvent le Sud de l'Europe". Ces mêmes flux assurent des températures agréables depuis le début de la semaine. Ils proviennent d’un axe dépressionnaire situé sur l’Espagne qui apporte de l’humidité prélevée en Méditerranée, précise une prévisionniste de Météo France à Bron, près de Lyon.

Conséquence : le sable monte et se diffuse, pour atteindre parfois 10 000 mètres d'altitude, donnant au ciel cette teinte orangée et menaçante, presque martienne, sur tout le quart sud-est de la France.

Pas de danger pour la santé

Selon Serge Taboulot, cette dispersion de sable "dégrade légèrement la qualité de l'air mais on n'a pas de preuve que ce soit dangereux". En revanche, ces particules peuvent se déposer sur ce qu'elles trouvent au sol, si une fine pluie les fait redescendre : les voitures peuvent se retrouver recouvertes d'une fine pellicule jaunâtre, et le manteau neigeux en altitude peut devenir ocre. Un changement de couleur qui "altère les propriétés physiques de la neige, lui font plus absorber les rayons du soleil, et donc elle se réchauffe et fond plus vite".

Bien qu'impressionnant, cet épisode ne devrait pas durer, assure Serge Taboulot. "D'ici deux jours, de l'air d'Europe du Nord devrait venir nous rafraîchir", chassant au passage ces sables et rendant au ciel son bleu et blanc habituels.