Primaire : ce que pensent les entrepreneurs auvergnats des candidats du second tour

Que pense le monde de l'entreprise des deux candidats du second tour de la primaire?
Au lendemain du premier tour de la primaire de la droite et du centre, la chambre des métiers et de l'artisanat de l'Allier organisait ce lundi à Vichy un forum de l'entreprise. Pascal Franco et Anne-Claire Huet sont allés voir ce que pense le monde de l'entreprise des deux candidats qui restent en lice. Intervenants : Philippe Szymanski, Céline Petitjean et Dominique-Michel Lagoutte, futurs entrepreneurs ; Gilles Chadefaux, juriste, membre de la fédération française du bâtiment. - France 3 Auvergne - Reportage : Pascal Franco et Anne-Claire Huet. Montage : Magali Canuto.

Au lendemain du premier tour de la primaire de la droite et du centre, la chambre des métiers et de l'artisanat de l'Allier organisait à Vichy un forum de l'entreprise. L'occasion d'aller voir ce que pense le monde de l'entreprise des deux candidats qui restent en lice.

Par Valentin Pasquier

Créer, reprendre ou développer une entreprise. Au forum de l’entreprise de Vichy, les patrons et futurs patrons viennent chercher des réponses à leurs questions. On parle primaire de la droite et du centre aussi. Car la qualification pour le second tour de François Fillon et Alain Juppé interpelle.
 
« S’il y avait au moins une ambiance favorable à l’entreprise, ça serait déjà intéressant pour ceux qui n’osent pas encore franchir le pas, note Philippe Szymanski, qui souhaite monter une webTV. Par la suite, s’il y a un nouveau président, il y aura peut-être moyen de faire la différence dans ce domaine-là. »


En attente de propositions concrètes

Beaucoup restent prudents, mais certains ont fait leur choix. Ils font plutôt confiance au plus libéral des deux. Pour d'autres, les freins à la création, ou au développement des entreprises, se trouvent à un autre niveau.
 
« L’un comme l’autre auraient peut-être les capacités de le faire, observe un autre entrepreneur, sceptique, quant à lui, vis-à-vis des directives européennes. Ils ne sont pas seuls, malheureusement, à gérer les choses lorsqu’ils sont au gouvernement. Les gens se demandent aujourd’hui si le président de la République gère les choses en France ou si c’est la Commission européenne. »
 
Enfin il y a aussi ceux pour le candidat qui sera désigné dimanche prochain importe peu. Gilles Chadefaux, juriste membre de la fédération française du bâtiment, avoue se contenter des résultats du 1er tour. « Le seul sujet de satisfaction, c’est que Nicolas Sarkozy ne sera pas candidat aux présidentielles. C’est tout personnel. »
 
François Fillon ou Alain Juppé ? Beaucoup d'entrepreneurs attendent surtout des propositions concrètes, notamment lors du débat télévisé du jeudi 24 novembre.

Sur le même sujet

Les + Lus