Il est arrivé au parc animalier d'Ardes-sur-Couze (63) en 1997. Depuis, Jules l'hippopotame cohabite dans un enclos avec d'autres animaux et il se retrouve aujourd'hui à l'étroit. Les responsables du parc ont décidé de lui offrir une nouvelle maison. En faisant appel à la générosité du public.

150 000 euros ! C'est le prix à payer pour assurer le confort de Jules, la mascotte du parc animalier d'Ardes-sur-Couze, près d'Issoire. 

Depuis près de 20 ans, l'emblématique hippopotame du parc cohabite dans un enclos avec 5 chèvres et depuis peu un bébé canard. Pour améliorer les conditions de vie de Jules, les responsables du parc ont décidé de mettre de gros moyens pour lui construire un environnement au plus proche de son habitat naturel.
Un bâtiment avec des loges et un point d'eau intérieur chauffé.
"L'hippopotame va pouvoir être en groupe familial, donc avec une compagne, ce sera comme s'il était dans la nature, explique Marine Cabot-Hilaire, la chargée de communication du parc, il va pouvoir être en mixité avec des antilopes, ce qui va le stimuler, on va avoir plus de comportement naturel".

Un financement participatif 

Pour la construction de ce nouvel enclos d'hippopotames, le budget est estimé à 150 000 euros. Car il prévoit aussi les travaux de sécurité pour les soigneurs et les visiteurs, l'hippopotame restant un animal dangereux.
Le parc animalier d'Auvergne qui a déjà réalisé plus de 2 millions d'euros de travaux depuis 2012 pour améliorer les conditions de vie de ses animaux a donc décidé de faire appel au financement participatif pour faire face à une partie de ces importantes dépenses.
Pour l'heure, la campagne "une nouvelle maison pour Jules", lancée sur internet, n'a permis de collecter que 4% de la somme attendue.
La campagne est ouverte jusqu'au 15 septembre prochain.


Reportage : Johanna Giglia, René Thévenot, Benoît Courtine. Intervenants : Marine CABOT-HILAIRE (Chargée de la communication du parc animalier d'Auvergne), Pascal DAMOIS (Directeur associé du parc animalier d'Auvergne).