L’absentéisme des élus sanctionné au Conseil municipal de Clermont-Ferrand

Après trois absences non justifiées aux réunions du Conseil municipal les élus de la Ville de Clermont-Ferrand seront sanctionnés. / © THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Après trois absences non justifiées aux réunions du Conseil municipal les élus de la Ville de Clermont-Ferrand seront sanctionnés. / © THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Après trois absences aux réunions du Conseil municipal de Clermont-Ferrand, les indemnités annuelles d’un élu seront diminuées de moitié. Cette nouvelle règle a été votée en majorité par les élus le 9 février. L’objectif : lutter contre l’absentéisme.

Par Aurélie Albert

Comme au début de chaque séance, le maire de Clermont-Ferrand, Olivier Bianchi, a commencé par faire l’appel. Quelques élus absents sans explication, c’est justement ce sur quoi va commencer le Conseil municipal du 9 février.
« D’abord, c’était une promesse électorale, j’avais souhaité qu’il y ait une exemplarité des élus, commence Olivier Bianchi. J’avais donc dit que je mettrais en place des dispositifs pour retenir sur les indemnités des élus qui ne feraient pas correctement leur travail de représentation au regard des mandats qu’ils avaient reçu de la population ».



Après quatre ans de mandat, les menaces vont donc être mises à exécution. La règle est simple : après trois absences sans pouvoir donner une explication, sera appliquée une diminution de 50% des indemnités annuels de l’élu concerné. Rappelons que chaque élu touche 230 euros brut par mois.


Les élus Front national visés


« Je constate qu’après 4 ans de mandat, il y a des élus qui ont décidé de ne plus siéger, quasiment depuis le début, que ces élus ne fournissent quasiment jamais d’explications, et encore moins de pouvoir permettant de justifier de leur absence, en tout cas leur permettant d’être représentés par un membre de leur groupe », continue le maire socialiste de Clermont-Ferrand.
Dans la ligne de mire : les trois élus du Front national. Antoine Rechagneux, Isabelle Padovani et Anne Faurot.

Le maire de Clermont-Ferrand devrait également faire la même délibération au conseil communautaire qui doit se tenir dans les prochains jours.

Sur le même sujet

Quand un député du Cantal invite les partisans des 80 km/h à monter en voiture avec lui

Les + Lus