Des chercheurs clermontois et parisiens en passe de trouver un remède à la surdité

Oreille modélisée dans le laboratoire de neurosciences de Clermont-Ferrand
Oreille modélisée dans le laboratoire de neurosciences de Clermont-Ferrand

Le laboratoire de neurosciences de Clermont, associé à l'institut Pasteur à Paris a fait une découverte majeure : les équipes chercheurs viennent de comprendre le phénomène de la surdité. Ils souhaitent désormais à mettre au point une molécule capable prévenir la perte d’audition.

Par Pauline Sauthier

C'est dans une petite cabine de 5m2 que Paul Avan, Professeur au laboratoire de biophysique sensorielle à l'Université d'Auvergne, a passé ces 10 dernières années à comprendre. A comprendre comment et pourquoi les facultés auditives pouvaient, chez certains patients, se réduire d’un coup, jusqu'à atteindre un point de non retour.
 
Dans leurs laboratoires, les chercheurs ont soumis des souris à 105 décibels, l'équivalent d'un son en discothèque.Les cellules de l’oreille interne des rongeurs, agressées par le bruit ont produit des toxines, des déchets, qui affectent les cellules de l’audition. Celles-ci meurent et ne se régénèrent pas, ce qui entraîne des surdités partielles ou totales, jusqu’ici irréversibles.
 
Les chercheurs ont découvert qu’une molécule nettoyante pourrait éliminer les toxines nuisibles. Ils ne savent pas encore l'identifier, elle est très banale. Mais ils savent qu'elle est proche d'une autre molécule que l'on retrouve dans les anti-oxydants comme le chocolat noir, le thé vert, ou encore les épices comme le curry.
Des chercheurs clermontois et parisiens en passe de trouver un remède à la surdité
Le laboratoire de neurosciences de Clermont, associé à l'institut Pasteur à Paris a fait une découverte majeure : les équipes chercheurs viennent de comprendre le phénomène de la surdité. Ils souhaitent désormais à mettre au point une molécule capable prévenir la perte d’audition. - France 3 Auvergne - Reportage : Jérôme Doumeng, Arthur John. Montage : Benoît Courtine. Intervenants :: Paul Avan Professeur au laboratoire de biophysique sensorielle à l
 
La suite de leurs travaux consistera à mettre au point des molécules efficaces contre les toxines responsables de la surdité
. Il faudra encore patienter entre 5 et 10 ans pour l'arrivée sur le marché des premiers médicaments.
 
 
 

Sur le même sujet

Les + Lus