Clermont-Ferrand : le Bastion Social inaugure son nouveau local sous haute surveillance

Le Bastion Social inaugurait samedi 14 juillet son local associatif  La venue de ce groupe d'extrême-droite rattaché idéologiquement au fascisme italien a suscité la polémique dès l'annonce de son installation au coeur de Clermont-Ferrand.

L'inauguration du nouveau local du Bastion Social à Clermont-Ferrand s'est déroulée dans le calme, sous le regard de 130 CRS et policiers.
L'inauguration du nouveau local du Bastion Social à Clermont-Ferrand s'est déroulée dans le calme, sous le regard de 130 CRS et policiers. © Pascale Félix
Une quinzaine de fourgons de CRS, des forces de l'ordre nombreuses. Samedi 14 juillet à 17h00, le groupuscule Bastion Social inaugurait son tout nouveau local rue de la Treille, à Clermont-Ferrand. Une inauguration sous haute surveillance, puisqu'au total, ce sont 130 policiers qui ont été mobilisés, tandis que la préfecture du Puy-de-Dôme avait interdit toute manifestation sur la voie publique rue de la Treille de 8 heures à minuit.
 
durée de la vidéo: 01 min 31
Clermont-Ferrand : le Bastion Social inaugure son nouveau local sous haute surveillance


En face, ils sont officiellement une vingtaine de sympathisants clermontois à avoir adhéré à l'association 1901. Pour Quentin Gimel, responsable du Bastion Social de Clermont-Ferrand, "c'est un lieu de liberté et d'autonomie qui va nous permettre de développer nos actions sur Clermont-Ferrand. C'est un bar associatif dans lequel on va faire des conférences, mais aussi des distributions de nourriture pour les SDF et les personnes en état de précarité."

Parmi les visiteurs du jour qui ont fui la caméra, beaucoup de jeunes gens mais aussi quelques seniors et d'anciens candidats du Front National. Des politiques en visite de courtoisie, car le mouvement refuse d'être assimilé à un quelconque parti.  Le mentor du Bastion Social, c'est François Duprat, co-fondateur antisémite du Front national à l'origine d'un manifeste du Nationalisme-Révolutionnaire. 

L'annonce de l'installation à Clermont-Ferrand de ce groupuscule a soulevé l'indignation. Jeudi 12 juillet, une manifestation a rassemblé pres de 1000 personnes, des associations de droits de l'homme et des élus clermontois qui ont dénoncé la venue "d' antisémites qui prônent la discrimination".
Samedi soir,  dans le quartier St Jacques, un bal populaire offrira une réponse festive mais déterminée au débarquement du Bastion. 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société politique manifestation économie social