Clermont-Ferrand : une collaboratrice de La Montagne agressée à l'Electric Palace (MàJ)

L'entrée de l'Electric Palace, photographiée le 30/01/2015. Ce lieu éphémère est installé à Clermont-Ferrand le temps du Festival du Court Métrage. / © France 3 Auvergne
L'entrée de l'Electric Palace, photographiée le 30/01/2015. Ce lieu éphémère est installé à Clermont-Ferrand le temps du Festival du Court Métrage. / © France 3 Auvergne

Une jeune auxiliaire de rédaction de La Montagne a été agressée jeudi soir par un groupe d'individus, alors qu'elle prenait des photos à l'Electric Palace, un chapiteau installé à Clermont-Ferrand dans le cadre du Festival international du court métrage. La victime a déposé plainte.

Par Céline Pauilhac

Appareil photo à la main, la collaboratrice de La Montagne a expliqué qu'elle se trouvait parmi le public de l'Electric Palace, jeudi vers 23 heures, lorsqu'elle a été prise à partie par une jeune femme. Cette dernière l'attrape par les cheveux, la frappe violemment au visage et la poursuit jusqu'à la sortie du chapiteau. L'auxiliaire de rédaction est alors poussée à terre, traînée par les cheveux sur une quinzaine de mètres par la même jeune femme. Quatre individus arrivent alors pour... rouer de coups la victime, encore au sol.

La scène se serait déroulée sous l'oeil des vigiles présents sur les lieux. "Ils ne sont pas intervenus", assure la direction du quotidien. Ils n'auraient même pas appelé la police! Blessée à l'oeil, la victime est actuellement hospitalisée. Elle a porté plainte, soutenue par le groupe Centre France La Montagne, qui a fait part de son "indignation" suite à cette agression qualifié de "violente"

L'Electric Palace lance un appel à témoin

Indirectement mis en cause, les organisateurs de l'Electric Palace ont réagi vendredi dans un communiqué. Bien qu'ils "déplorent évidemment cet incident", ils indiquent que "les premiers témoignages recueillis ne corroborent pas la version présentée par La Montagne dans son article". L'Electric Palace confirme que des agents de sécurité sont intervenus dans l'enceinte du chapiteau afin d'expulser "tous les protagonistes" de l'altercation, "en raison de leur état d'agressivité".

"Aucun témoin n’est, pour le moment, en mesure de confirmer «l’agression violente» évoquée dans l’article", ajoutent les organisateurs. Affirmant vouloir faire "toute la lumière" sur cette soirée, ils demandent "à toute personne ayant assisté à l’altercation survenue sous le chapiteau, à l’expulsion des protagonistes ou à tout événement survenu à l’extérieur de l’enceinte ce soir-là, et en rapport avec les faits relatés, de se manifester" auprès d'eux, afin de faciliter le travail des enquêteurs.

Sur le même sujet

Le tracé historique du circuit de Charade modélisé en 3D

Les + Lus