• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Clermont-Ferrand : un frigo solidaire, à quoi ça sert ?

Les projets de "frigo solidaire" contribuent à lutter contre le gaspillage alimentaire et à nourrir les personnes dans le besoin. / © Olivier Corsan/MaxPPP
Les projets de "frigo solidaire" contribuent à lutter contre le gaspillage alimentaire et à nourrir les personnes dans le besoin. / © Olivier Corsan/MaxPPP

Le premier "frigo solidaire" fait son apparition à Clermont-Ferrand : un frigo en libre-service pour lutter contre le gaspillage alimentaire et aider les personnes dans le besoin. L’idée a été plébiscitée par les habitants lors du vote pour le budget participatif de la Ville.
 

Par BC

Pourquoi installer un frigo dans la rue ? L’initiative vient de Berlin en Allemagne et ce projet a déjà été repris à Paris, Lyon et Grenoble. Clermont-Ferrand se lance à son tour. Le premier frigo solidaire est officiellement inauguré le 28 juin.

Pour cela, il faut un commerçant volontaire qui accepte d’installer un frigo à la portée de tous, où chacun peut déposer ou prendre de la nourriture librement et gratuitement.
A Clermont-Ferrand, un magasin de produits locaux situé avenue Charras près de la gare s’est porté volontaire.
 

Le commerçant prend soin de la chaîne du froid en vérifiant la qualité des aliments déposés dans le frigo. Par-ailleurs, l’association clermontoise "Horizons Métissés" qui milite pour des alternatives à la surconsommation, gère l'entretien du réfrigérateur.

Pour garantir la fraîcheur des produits, une charte précise les règles à respecter. Par exemple on peut déposer des fruits, des légumes ou des produits laitiers. En revanche, la viande et le poisson sont déconseillés. Les dates d’achat et de de péremption sont inscrites sur un carnet.

L'association nationale des frigos solidaires veut aider les personnes qui n’arrivent pas à remplir leur panier de courses. Une idée plébiscitée par les habitants clermontois lors du vote du budget participatif de Clermont-Ferrand. La Ville y a consacré 1500 euros. Chaque année en France, 10 millions de tonnes de nourriture sont jetés à la poubelle.



 

Sur le même sujet

Lyon : l'histoire du tunnel de Fourvière

Les + Lus