Clermont-Ferrand : l’électroménager de seconde main a la cote auprès des étudiants

Installée depuis bientôt 25 ans près de Clermont-Ferrand, l’association Envie propose des équipements électroménagers reconditionnés à prix réduits. La formule séduit les étudiants et les petits budgets.
A Gerzat, près de Clermont-Ferrand, l'association Envie reconditionne des appareils électroménagers et la formule rencontre un franc succès auprès des étudiants.
A Gerzat, près de Clermont-Ferrand, l'association Envie reconditionne des appareils électroménagers et la formule rencontre un franc succès auprès des étudiants. © S.Trentesaux/FTV

Avant même de commencer les cours, certains étudiants de Clermont-Ferrand doivent faire face à un problème : comment faire, avec des ressources limitées, pour assumer des dépenses de rentrée qui s'élèvent cette année à près de 2 392 euros en moyenne ? Pour limiter les dépenses de rentrée, les étudiants pensent de plus en plus au recyclage, et aux objets de seconde main. « J’utilise beaucoup tout ce qui est Leboncoin, Vinted, tout ce qui est seconde main. C’est moins cher et ça permet de réutiliser des objets dont les autres n’ont plus besoin », confie une étudiante.

Un avantage financier

Léa, étudiante elle aussi, s'est installée près de Riom pour suivre une formation. Elle a dû s'équiper d'un réfrigérateur, malgré son budget serré. Cet appareil de seconde main, reconditionné, livré à domicile, lui a coûté 169 euros. « Déjà c'est très peu cher, les prix sont vraiment cassés et le fait que ce soit du recyclage, c’est parfait. J’essaie d'acheter d'occasion parce que déjà c’est peu cher et le coût écologique est moindre. » L'appareil vient de la boutique de l’association Envie, où les prix sont 30 à 40% moins élevés que dans la grande distribution. L'association basée à Gerzat, près de Clermont-Ferrand, remet à neuf du matériel d'occasion.

200 appareils reconditionnés chaque mois

L'atelier d'insertion traite près de 200 appareils chaque mois, un volume presque insuffisant au moment de la rentrée étudiante, confie le directeur François Menard : « On a beaucoup de demandes sur ces périodes là, mais on est ouverts à tout public. On a aussi des personnes avec très peu de moyens, qui ont des minima sociaux, qui sont aidés par les collectivités. On a aussi des personnes qui se disent que prendre du matériel d’occasion c’est mieux que de prendre du matériel neuf. Ils ont raison, c’est mieux pour la planète. On est capables de faire du dépannage sur tous les appareils et donc prolonger la durée de vie de tous ces appareils ». Sur le plan national, chaque année, le réseau Envie collecte plus de 164 000 tonnes de matériel usagé ou défectueux, soit 30% du marché français des DEEE (Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques).

"Notre matériel a une durée de vie qui peut être très longue"

Dans son atelier de 750 m², Envie récupère du matériel d’occasion chez les distributeurs clermontois depuis plus de 20 ans. Pour ceux que le reconditionné inquiète, le directeur se veut rassurant : « On garantit le matériel un an et on a très peu de retours SAV car on a du personnel qualifié pour faire de la remise en état de tout ce matériel. Si on prend du matériel d’occasion il marchera au moins aussi longtemps que du matériel neuf. Notre matériel a une durée de vie qui peut être très longue. On a des appareils qui ont été vendus à l’ouverture du magasin et qui arrivent encore ici », explique François Menard. Il se félicite du succès rencontré par ces appareils déjà utilisés surtout chez les étudiants : « Je trouve que c’est une bonne chose que les jeunes prennent conscience que les ressources de la planète ne sont pas infinies. » Entre impératifs économiques et prise de conscience écologique, l'avenir de la seconde main semble garanti.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation économie environnement