• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Clermont-Ferrand : quand Vercingétorix soutient la lutte contre l’homophobie

Un drapeau arc-en-ciel a fait son apparition dans les mains de Vercingétorix, sur la place de Jaude, à Clermont-Ferrand. Symbole du mouvement LGBT, il a été hissé dans le cadre de la journée de lutte contre l’homophobie. / © Frédéric Nobile
Un drapeau arc-en-ciel a fait son apparition dans les mains de Vercingétorix, sur la place de Jaude, à Clermont-Ferrand. Symbole du mouvement LGBT, il a été hissé dans le cadre de la journée de lutte contre l’homophobie. / © Frédéric Nobile

Un drapeau arc-en-ciel a fait son apparition lundi 13 mai, dans les mains de Vercingétorix, sur la place de Jaude, à Clermont-Ferrand. Symbole du mouvement LGBT, il a été hissé dans le cadre de la semaine de lutte contre l’homophobie.
 

Par AA avec AFP

Fièrement, sur son destrier, la statue de Vercingétorix tient dans sa main un drapeau aux couleurs de l’arc-en-ciel, le symbole du mouvement LGBT, lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres, depuis 1978. Il n’est pas arrivé ici par hasard trônant sur la place de Jaude à Clermont-Ferrand. 

Le vendredi 17 mai est la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie. Une date qui a du sens depuis le 17 mai 1990 : jour où l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé, a décidé de ne plus considérer l’homosexualité comme une maladie mentale. 
Pour l'occasion, toute la semaine, les associations auvergnates de lutte contre l'homophobie organisent plusieurs événements, avant de se retrouver "le 17 mai de 10h à 19h sur la place de Jaude, afin de faire de cette journée, un moment de sensibilisation et d’information pour tout le monde".
 
 

22 % des LGBT ont fait l'objet d'une agression physique à caractère homophobe

Plus d'une personne sur cinq se définissant comme LGBT (lesbienne, gay, bi, trans) déclare avoir été victime d'une agression physique au cours de sa vie, selon une étude de l'Ifop. Selon nos confrères de l’AFP, au total, 22 % des LGBT ont déjà fait l'objet d'une agression physique à caractère homophobe (gifles, coups...). Au cours des douze derniers mois, le nombre de victimes de violences physiques a doublé entre juin 2018 (3 %) et avril 2019 (7 %).

Une étude qui a été réalisée auprès de plus de 1 200 personnes homosexuelles, bisexuelles et transgenres en France. Elle doit être présentée mardi 14 mai à Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes. 
 

Sur le même sujet

Godefroy Piaton, 24 ans et déjà Meilleur Ouvrier de France boucherie

Les + Lus