« Elle est à nous cette chanson » : une nouvelle association qui organise des concerts atypiques dans le Puy-de-Dôme

Début août, une nouvelle association a vu le jour dans le Puy-de-Dôme. « Elle est à nous cette chanson » ambitionne d’organiser des concerts dans des lieux atypiques. Le premier spectacle aura lieu le 10 octobre à Pont-du-Château.

« Elle est à nous cette chanson », tel est le joli nom de cette nouvelle association qui est née en août dernier à Pont-du-Château, dans le Puy-de-Dôme. L’objectif de la structure est de proposer des concerts dans des lieux atypiques. Edalina De Freitas, présidente de l’association, raconte la genèse du projet : « C’est une idée que j’avais déjà en tête depuis deux ans. J’avais commencé à me dire que j’aimerais faire des concerts chez des gens qui ont des domaines, des grandes granges. J’avais fait un budget prévisionnel. Finalement, je suis partie travailler dans une salle de spectacles dans le Cher. J’ai ressorti cette idée en revenant dans le Puy-de-Dôme. J’ai travaillé sur le projet pour mettre en valeur le patrimoine architectural. Pour le premier concert, ce sera la terrasse d’un château. On prévoit d’aller dans des églises, dans des lieux qui méritent d’être découverts par les spectateurs ».

Valentin Vander pour le premier concert

Les concerts auront lieu dans un premier temps dans les secteurs de l’agglomération de Clermont-Ferrand et de Riom.  « Les statuts ont été déposés début août. Je me suis entourée pour le bureau de gens passionnés de culture. Les bénévoles sont déjà impliqués dans le milieu associatif et ils viennent nous donner un coup de main pour la buvette, le contrôle des pass sanitaires, l’installation » explique Edalina. « Le premier concert aura lieu le dimanche 10 octobre à 15 heures à Pont-du-Château, dans le Puy-de-Dôme, sur la terrasse du château .C’est Valentin Vander qui va venir chanter. Il sait jouer dans de grandes salles mais il a aussi l’habitude de jouer dans des commerces, des mairies, des offices du tourisme, dans des jardins, chez l’habitant. Il sait chanter pour peu de personnes. Je l’ai accompagné lors de concerts aux Bains-Douches de Lignières. J’ai vu toute sa tendresse et sa générosité, dans ses textes et dans sa manière de chanter. J’ai perçu aussi dans le regard du public tout ce que peut apporter un concert, l’émotion du spectacle vivant, surtout en cette période de crise. J’ai réussi à le convaincre assez facilement ». Valentin Vander est finaliste du prix Georges Moustaki. Il sera prochainement à l’Olympia.
 

En recherche de soutiens financiers

Pour le moment, une dizaine de bénévoles ont rejoint cette belle aventure. Mais l’association est en quête de soutiens : « Nous recherchons des sponsors, des mécènes, des partenaires. Nous sommes à la recherche de soutiens, même si le Conseil départemental nous a annoncé qu’il allait nous soutenir. Nous allons demander des subventions à tous les organismes et institutions qui peuvent nous soutenir ». Pour la présidente de l’association, la structure veut sortir des sentiers battus : « C’est vrai qu’il y a suffisamment de salles et de propositions intéressantes. Mais là, ce sera atypique et différent des salles fermées et qui sont toujours au même endroit. Ce seront des concerts itinérants. On vient en plus et on n’est pas en concurrence avec d’autres salles. Cela peut aussi être une manière d’aller chercher un public qui ne va pas forcément dans les salles. On espère mettre en place un concert tous les deux-trois mois. Au fil du temps et selon l’accueil du public et le financement, j’aimerais en faire un peu plus souvent. Je souhaiterais alterner les intérieurs et les extérieurs. A terme, j’aimerais pouvoir arriver à être salariée de l’association ».

Un parrain de renom

L’association a trouvé un parrain de renom en la personne de Dimoné : « Dimoné est le parrain de l’association. Il est dans la lignée de Bashung. C’est un artiste magnifique et je l’aime tellement que j’ai du mal à en parler. C’est un grand talent, il a beaucoup de succès dans la région, chaque fois qu’il vient ». Edalina poursuit : «  On pourrait souhaiter que les gens, en découvrant un artiste, vivent un moment de bonheur, de partage et de convivialité. On espère que l’association rencontre le succès. On a besoin de soutiens, de bénévoles car on démarre avec des bouts de ficelles. On a aussi besoin d’idées : on est ouverts à des gens qui connaîtraient des lieux proches de Clermont-Ferrand et Riom ».

Un hommage à Brassens

Le nom de l’association n’a pas été choisi au hasard. « J’ai trouvé le nom de l’association. Je sais qu’il est long mais ce n’est pas grave. Il revient à la « Chanson pour l’Auvergnat » de Georges Brassens. Le nom renvoie à des valeurs auxquelles je suis attachée, l’accueil, la générosité, l’hospitalité. Je trouve qu’il n’y a pas plus jolie chanson qui nous ait été dédiée. Elle a donné une belle image des Auvergnats » souligne Edalina. Pour le concert du 10 octobre, les billets sont en vente en ligne ou par téléphone au  07 49 10 82 98. Ils sont à 10 euros au tarif plein et à 8 euros pour les moins de 18 ans, étudiants et demandeurs d’emploi.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture concerts