Gilets jaunes. Violences à Clermont-Ferrand : des peines de prison ferme prononcées

Samedi 23 février, des casseurs s'en sont pris à certaines boutiques du centre-ville de Clermont-Ferrand. / © THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Samedi 23 février, des casseurs s'en sont pris à certaines boutiques du centre-ville de Clermont-Ferrand. / © THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Après les violences du samedi 23 février lors de la manifestation des Gilets jaunes à Clermont-Ferrand, une trentaine d'interpellations a eu lieu. Les premières comparutions immédiates ont eu lieu lundi 25 février. Des peines de prison ferme ont été prononcées.
 

Par Catherine Lopes

Des violences ont émaillé la manifestation des Gilets jaunes du samedi 23 février à Clermont-Ferrand. D'après la préfecture du Puy-de-Dôme, une trentaine d'interpellations a eu lieu durant cette journée. Les premières réponses judiciaires étaient attendues  lundi 25 février. Ainsi, le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Eric Maillaud a dressé un premier bilan de 22 individus gardés à vue au cours de la journée de samedi. Dix comparutions immédiates auront lieu : trois lundi 25 février après-midi et quatre mardi 26 février matin. Eric Maillaud précise que pour ces comparutions immédiates "on a la même configuration d'infractions reprochées : la participation à un groupement en vue de commettre des infractions, les violences à agents de la force publique, et port d'armes prohibé".

Deux mineurs déférés

Trois autres poursuites avec comparution sur reconnaissance préalable, c'est-à-dire une procédure de plaider coupable, doivent se tenir. Deux mineurs ont été déférés devant un juge des enfants, en vue d'une mise en examen. Il reste un dossier pour lequel les suites sont encore en discussion. Enfin, deux dossiers ont été classés dans suite. Le procureur de la République indique : "Sur cette journée, 22 gardes à vue ont été mises en œuvre. 4 personnes ont été interpellées en amont de la manifestation de samedi, à l'occasion de ces contrôles d'identité qui avaient été mis en place sous mon autorité".

Lundi après-midi, quatre prévenus, tous Clermontois, se sont présentés devant le tribunal de Clermont-Ferrand. Les deux premiers ont demandé un délai afin de préparer leur défense. Ils seront jugés le 25 mars et ont été placés en détention provisoire en attendant leur procès. Un troisième prévenu a été condamné à 6 mois de prison ferme (le parquet avait requis un an) et a été incarcéré à la maison d'arrêt de Riom. Pour le dernier prévenu, le tribunal a prononcé une peine de 8 mois de prison dont 6 mois avec sursis. Ce dernier n'a pas été incarcéré.
 

Des images à exploiter

Des contrôles ont été mis en place dès vendredi 22 février sur les axes routiers et à la gare de Clermont-Ferrand. De nombreuses saisies ont eu lieu : boules de pétanque, machettes, pistolets d'alarme, battes de base-ball, taser, barres de fer ont été confisqués. Le procureur de la République précise : "Les personnes qui ont été interpellées sont pour l'essentiel des Auvergnats, pas nécessairement des Clermontois". Les forces de l'ordre, les enquêteurs vont exploiter les images des médias et des services de renseignement. "Des dizaines de milliers de photographies" ont été prises, d'après Eric Maillaud.
 
Gilets jaunes : le procureur de Clermont-Ferrand fait le point sur les interpellations de samedi 23 février
Eric Maillaud, procureur de la République de Clermont-Ferrand revient sur les arrestations de samedi 23 février, lors du rassemblement de gilets jaunes. - F. Gandilhon / B. Livertoux / France 3 Auvergne

Sur le même sujet

Les + Lus