JO 2018. Papadakis et Cizeron ont-ils été pénalisés par une juge canadienne ?

En montant sur la deuxième marche du podium, les doubles champions du monde (2015 et 2016) et quadruples champions d'Europe en titre (2015-2018) offrent à la glace tricolore sa première médaille olympique depuis seize ans / © Bai Xuefei / MAXPPP
En montant sur la deuxième marche du podium, les doubles champions du monde (2015 et 2016) et quadruples champions d'Europe en titre (2015-2018) offrent à la glace tricolore sa première médaille olympique depuis seize ans / © Bai Xuefei / MAXPPP

Battus par les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir, les Auvergnats ont décroché la médaille d’argent de danse sur glace aux JO de Pyeongchang. Avec un écart d’à peine 79 centièmes, la présence d’une juge canadienne dans le jury final fait polémique.

Par MCP avec AFP

79 centièmes. C'est ce qui a manqué à Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron pour envoyer aux oubliettes leur problème vestimentaire de la veille et se parer d'or olympique en danse sur glace mardi aux Jeux de Pyeongchang. La couronne revient à leurs rivaux N.1, les Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir, déjà sacrés en 2010. Mais depuis l’annonce des résultats, la polémique enfle. La Fédération Française des Sports sur Glace dénonce la présence d’une juge canadienne dans le jury, de surcroît présidente de la Fédération du patinage du Canada.


« 27 notes sur 45 pour les Français se soldent par un 10 :10. Pour les canadiens, c’est 24 sur 45. La seule juge qui n’a pas mis un 10 au couple français est la juge canadienne. Et là se pose la question : est ce que les dés n’étaient pas pipés ? » se demande-t-on sur le plateau de France TV Sports. 9,75/10 est la note maximale que Leanna Caron a accordée aux Auvergnats, quand elle a crédité le duo canadien de quatre 10/10 et d’un 9,75/10.


« Il y a un problème que nous avons mentionné depuis un bon moment. Les règles permettent à la juge canadienne d’être aussi présidente de la Fédération canadienne en même temps. Si elle peut le faire, elle a le droit de juger. Sur le plan de l’éthique, c’est quelque chose qui n’est pas terrible, ça donne une mauvaise image », a déclaré ce mardi Didier Gailhaguet, président de la Fédération française des sports de glace.

Si la question de l’impartialité peut se poser, il est peu probable que la notation de la juge ait eu une conséquence sur le résultat final. Selon le règlement international, la meilleure et la pire note ne sont pas prises en compte. Ce système de notation permet de pondérer le résultat final, déterminé par la somme des notes restantes, et ainsi d’empêcher un juge de desservir ou de privilégier un couple.

Sur le même sujet

À Grenoble, les chasseurs alpins rendent hommage à leurs blessés de guerre

Les + Lus