Les 100 ans de Georges Brassens fêtés par la scène auvergnate pour #Studio3

« L’Auvergnat chante Brassens », c’est d’abord un disque réalisé et enregistré par la salle de spectacle de Clermont-Ferrand La Coopérative de Mai. C’est devenu un concert, enregistré, dont les meilleurs moments sont à retrouver dans un magazine événement sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes.

Remontons le temps de quelques mois : la Coopérative de Mai, comme toutes les salles de musiques actuelles de France est à l’arrêt. Mais Didier Veillault, le directeur, et son équipe ne restent jamais longtemps sans rien faire. C’est à ce moment-là que naît l’idée folle d’enregistrer un disque. Et l’artiste qui mérite le plus qu’on lui rende hommage en 2021, c’est bien Georges Brassens. On célèbre cette année les 100 ans de la naissance du poète et les quarante ans de son décès. La ville de Sète, fief du chanteur, multiplie les événements et la Coopérative décide de s’y associer en convoquant la crème de la scène auvergnate et en lui demandant de réinterpréter Brassens.

Revoir l'émission « Le Grand Studio#3, les Auvergnats chantent Brassens » présentée par Richard Beaune. L'émission est disponible en replay ci-dessous jusqu'au 21 octobre 2022.

Un disque, un concert, une émission

« La mauvaise réputation » version dance floor, la « Chanson pour l’Auvergnat » à la sauce afro-électro ou encore « Le petit cheval » en rock nonchalant, le disque enregistré à la Coopérative de Mai montre tout le génie créatif et la diversité de la scène clermontoise. Pourtant, ce n’était pas facile de reprendre Brassens pour cette jeunesse dont certains connaissaient à peine le chanteur.

Quelques mois plus tard, après avoir vendu près d’un millier de galettes, toute cette joyeuse clique se retrouve sur la scène de la Coopérative de Mai pour réinterpréter une nouvelle fois l’artiste à la moustache.  Pendant plus d’une heure, se succèdent sur scène le groupe Mustang, le duo Comme John pour une douce interprétation du poème d’Aragon « Il n’y a pas d’amour heureux », le très sensible « Heureux qui comme Ulysse » par Belfour, la belle renconvotre chason-rap de Balzane et Iraka pour une version inédite de « la marche nuptiale », le sémillant The Doug et sa « Mauvaise réputation » qui fait danser toute la salle ou encore le slameur Iraka avec Rrobin qui rappe si justement la chanson « Hécatombe » qu’on jurerait qu’il l’a écrite. San oublier la version décoiffante punk-rock des copains d’abord ou plutôt de Friends come first par le groupe Foxhole.

Ce concert ne pouvait pas tomber dans l’oubli. Les équipes de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes ont alors décidé de le filmer. Nous avons demandé à tous ces artistes de nous raconter leur aventure Brassens. « Les Auvergnats chantent Brassens », c’est donc l’histoire de jeunes artistes qui se sont réapproprié un monument de la chanson française mais c’est aussi l’histoire d’un poète du siècle dernier dont les mots sonnent toujours aussi bien au XXIème siècle. Dans ce concert, Brassens n’est pas loin et la confrontation entre les versions originales et les reprises sont parfois étonnantes.

CHANSONS : The Doug « La mauvaise réputation »

Iraka et Rrobin « Hécatombe »

Les Mamans du Congo et Rrobin « Chanson pour l’Auvergnat »

Balzane et Iraka « La marche nuptiale »

Mustang « Le petit cheval »

Comme John « Il n’y a pas d’amour heureux »

Belfour « Heureux qui comme Ulysse »

Foxhole « Les copains d’abord »

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture hommage société