Loi travail : 1750 manifestants à Clermont-Ferrand selon la préfecture, bien plus selon les syndicats

Dans le cortège clermontois, des salariés des secteurs public et privé, des jeunes, venus réaffirmer leur opposition au projet de loi El Khomri. / © Fabien Gandilhon
Dans le cortège clermontois, des salariés des secteurs public et privé, des jeunes, venus réaffirmer leur opposition au projet de loi El Khomri. / © Fabien Gandilhon

8e journée de mobilisation nationale contre la loi travail, ce jeudi 26 mai. Alors que le Premier Ministre s'est montré inflexible, les opposants au texte défilent de nouveau dans les rues. A Clermont-Ferrand, ils étaient 1750 manifestants, selon la préfecture. Beaucoup plus selon les syndicats.

Par France 3 Auvergne

Les banderoles étaient de nouveau de sortie, ce jeudi, à Clermont-Ferrand, avec un itinéraire modifié par rapport aux précédents défilés. Les opposants au projet de loi El Khomri se sont retrouvés vers 11 heures place Delille, avant de rejoindre les cheminots en grève devant la gare. Ces derniers protestent contre le texte, mais ils entendent aussi peser dans les négociations portant sur leur conditions de travail.
Selon la préfecture, la manifestation a réuni 1750 personnes. Beaucoup plus selon les syndicats, qui avançaient en début d'après-midi des estimations variables : "3000 à 4000 manifestants", selon le secrétaire général de la CGT dans le Puy-de-Dôme, 6000 voire davantage, selon d'autres.
Pour comparaison, le dernier défilé du 19 mai avait mobilisé à Clermont-Ferrand entre 1600 et 3000 personnes, selon les sources.

Le cortège des opposants à la loi travail a opéré une jonction avec des cheminots en grève, devant la gare de Clermont-Ferrand. / © Fabien Gandilhon
Le cortège des opposants à la loi travail a opéré une jonction avec des cheminots en grève, devant la gare de Clermont-Ferrand. / © Fabien Gandilhon

 

Clermont-Ferrand : nouvelle mobilisation contre la loi travail
1750 à 4000 personnes ont défilé dans les rues de Clermont-Ferrand, ce jeudi 26 mai. Intervenants : Christiane Micaud, CGT Santé Allier ; Valentin Chabrier, JC 63 ; Frédéric Bochard, secrétaire général UD FO 63 - Fabien Gandilhon, René Thévenot


Les manifestants ont rejoint la préfecture, avant de se diriger en début d'après-midi vers le palais de Justice de Clermont-Ferrand, pour un rassemblement de soutien à Antoine. Ce jeune militant CGT, membre de la cellule antifasciste révolutionnaire d'Auvergne et du mouvement du Nuit Debout, comparaissait devant le tribunal correctionnel pour "violence avec arme sur personne dépositaire de l'autorité publique". Il est soupçonné d'avoir blessé le 29 avril dernier le directeur départemental de la sécurité publique, au cours d'une bousculade lors de l'évacuation du conseil municipal.
Selon le policier touché à l'arcade sourcilière, une enceinte aurait volontairement été poussée pour l'atteindre, ce que contestent les militants.

Le palais de Justice de Clermont-Ferrand sous bonne garde, peu avant l'ouverture de l'audience. / © Valérie Riffard
Le palais de Justice de Clermont-Ferrand sous bonne garde, peu avant l'ouverture de l'audience. / © Valérie Riffard
Procès d'un militant Nuit Debout : le rappel des faits
Un jeune homme de 26 ans est suspecté d'avoir blessé un policier lors de l'évacuation du conseil municipal de Clermont-Ferrand, le 29 avril dernier. Il comparaît jeudi 26 mai devant le tribunal correctionnel. Rappel des faits. - Valérie Riffard

 

Sur le même sujet

Football féminin : Jean-Michel Aulas souhaite investir aux USA et en Chine

Les + Lus