“On ne s'attaque pas à nos joueurs” : Alivereti Raka, joueur de l’ASM Clermont insulté sur les réseaux sociaux, reçoit le soutien de ses supporters

A l’issue de la défaite de l’ASM Clermont contre le Stade toulousain, dimanche 25 février, le joueur clermontois et international Alivereti Raka a été victime de messages haineux sur les réseaux sociaux. Profondément atteint, les soutiens affluent pour consoler le joueur de rugby.

Il est l’objet de toutes les attentions des supporters. Pour cause, Alivereti Raka, joueur de l’ASM Clermont a reçu des messages de haine. Des messages qui ciblaient ses parents ou lui souhaitant de subir une terrible blessure. Un homme profondément atteint mais qui l’exprime avec pudeur. “Il faut faire avec. Le mal est fait, confie le joueur. On va continuer à avancer”. 

Émotion vive dans l'entourage 

Après la haine, l’heure est au soutien. Élodie Raka s’est tenue aux côtés de son mari dans cette épreuve qui a touché toute la famille. “Je peux comprendre que les gens ne soient pas contents de son jeu ou de celui de l’équipe. C’est normal. En revanche, on ne peut pas s’acharner sur une personne, sur le staff et l’équipe. Les gens ne se rendent pas compte qu’il y a des hommes qui ont une famille, une femme, des enfants”

 "On a appris qu'il voulait s'en aller à cause d'imbéciles"

Les supporters sont venus nombreux avec des banderoles pour exprimer leur condamnation des propos de celui qui s’est fait passer pour l’un d’entre eux sur internet. Bruno Merlotti, supporter de l'ASM, indique : “C’est la Yellow Army. On devrait être tous présents pour les soutenir. On a des joueurs qui veulent s’en aller. On a appris qu’il voulait s’en aller à cause d’imbéciles". Une autre supportrice ajoute : "La Yellow Army, c’est une famille. On ne touche pas à la famille. Je pense que la solidarité de la Yellow Army fera le reste. Je pense que la personne qui a fait cela va comprendre. On ne s’attaque pas à nos joueurs”.

Le club a aussi exprimé son refus de la haine mais, pour le moment, personne ne compte porter plainte contre l’auteur des insultes. Il a, depuis, disparu des réseaux sociaux.