• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

En pointe sur la recherche, Clermont-Ferrand accueille le congrès international du cancer surrénalien

Au sein du CHU Gabriel-Montpied, une équipe de médecins-endocrinologues étudient les tumeurs pour un jour trouver un remède au cancer surrénalien. / © Alexandre Rozga / France Télévisions
Au sein du CHU Gabriel-Montpied, une équipe de médecins-endocrinologues étudient les tumeurs pour un jour trouver un remède au cancer surrénalien. / © Alexandre Rozga / France Télévisions

Environ 150 chercheurs du monde entier se rendront à Clermont-Ferrand les 27 et 28 septembre pour un congrès consacré au cancer des glandes surrénales. Une équipe du CHU de la capitale auvergnate se consacre justement à l'étude de cette maladie, dont la mortalité est encore très importante.

Par Valentin Pasquier avec Alexandre Rozga

Au CHU de Clermont-Ferrand, on trouve des souris qui valent de l'or. Ces cobayes sont porteurs d'une tumeur surrénalienne, située au-dessus du rein et proche de celle de l'homme.

Prélevées puis enveloppées dans des blocs de paraffine, ces tumeurs connaissent un long processus d'analyse. Elles sont découpées en lames ultrafines et soumises à des solutions d'anticorps et différents procédés de coloration, afin de bien la visualiser dans le scanner.

"On constate qu'ici, on a une glande surrénale normale, avec sa forme naturelle. À droite, nous avons une glande atteinte du cancer où l'on peut apercevoir des anomalies, confie Julie Olabe, médecin endocrinologue. Ce scanner est intéressant car il nous permet d'avoir une vision générale de la glande, mais aussi un zoom puissant sur des régions particulières."
 

Un congrès international à Clermont-Ferrand

Sur cinq ans, le pronostic de survie au cancer surrénalien ne dépasse pas 30% des survivants. Chaque année, 4 à 12 cas par million de personne sont recensés dans le monde, d'où l'intérêt de ces chercheurs clermontois. "Grâce aux différents marquages [que le scanner met en avant, NDLR], nous arrivons à identifier des voies de signalisation, qui sont des chemins vers un éventuel remède," explique Adrien Levasseur, chercheur post-doctorant en endocrinologie.

L'équipe qui mène les travaux est aujourd'hui mondialement reconnue. "L'institut national du cancel (INCa) a regroupé les centres spécialisés pour les cancers rares, et notamment surrénaliens. Grâce à l'expertise du laboratoire GreD, nous avons pu mettre en place une collaboration qui nous permet de jouir d'une réputation internationale aujourd'hui."

Cette reconnaissance vaut à la ville de Clermont-Ferrand d'accueillir le congrès mondial consacré à la lutte contre ce type de cancer, les 27 et 28 septembre dans les locaux du centre de recherche bioclinique de la faculté de médecine.
 

Ce 23 septembre, Federica a percé le dernier mur

Les + Lus