Pourquoi l’Auvergne est devenue le nouvel eldorado des camps scouts

Publié le Mis à jour le
Écrit par Alice Daudrix .

Loin d'être totalement ringards, des dizaines de camps scouts vont s’installer en Auvergne cet été. Avides de grands espaces, de randonnées et de beaux paysages, des scouts et des guides de tout l’hexagone vont planter la tente dans l’Allier, le Cantal, le Puy-de-Dôme ou encore la Haute-Loire.

Comme chaque année, colonies de vacances et autres camps prennent leurs quartiers d’été entre juillet et août. En Auvergne, plus d’une centaine de camps scouts sont recensés pour les deux mois à venir. La région est un véritable eldorado pour ces jeunes entre 8 et 17 ans en quête de vie dans la nature, de plus en plus nombreux.

Une région plébiscitée

Le lieu de camp scout idéal se trouve peut-être en Auvergne. Région centrale, verte et spacieuse, c’est l’endroit parfait pour installer la tente, randonner et profiter du plein air en groupe. La plus grosse association française de scoutisme y a déjà prévu plus de 110 camps, répartis sur les quatre départements. Avec près de 90 000 adhérents, les Scouts et guides de France ont déclaré 15 séjours dans l’Allier, 8 dans le Cantal, 56 dans le Puy-de-Dôme et 31 en Haute-Loire. Il existe bien d’autres associations de scoutisme en France, dont les Scouts unitaires de France, les Eclaireuses et Eclaireurs de France ou encore les Guides et scouts d’Europe, avec environ 30 000 adhérents chacune. Ces derniers enregistraient une vingtaine de camps pour l’été sur les quatre départements.

A une demi-heure de Clermont-Ferrand se trouve d’ailleurs un terrain qui accueille de nombreux camps scouts toute l’année. Il s’agit de la base d’Anschald, à Bromont-Lamothe, avec, en prime, une superbe vue sur la chaîne des Puys. Non loin de Thiers se trouve aussi le Domaine de La Planche, qui recevra cet été près de 600 scouts de toute la France.

 « On aimerait trop voir des volcans »

Dans l’élaboration d’un projet de camp scout, le choix du lieu est central. Les 14-17 ans du groupe scout de Deauville-Trouville ont voté pour deux semaines dans le Puy-de-Dôme à la mi-juillet. « Ils ont tout de suite dit : on aimerait trop voir des volcans, raconte Lina Arnaud, la directrice de leur séjour. Ils avaient entendu parler de l’Auvergne et ils souhaitaient un espace montagneux, sans que ce soit trop en altitude pour garder des conditions de campement pas trop difficiles. La chaîne des volcans d’Auvergne correspondait parfaitement à ce qu’ils voulaient. » D’autres scouts bretons ont fait le choix de la région des volcans : « Les jeunes ont choisi d’avoir de l’espace. Ils ont exprimé le souhait de partir en Auvergne pour faire un camp en milieu montagneux », ajoute Colombe, cheftaine d’une unité dans le Morbihan. Pour les scouts de Normandie, l’Auvergne est aussi un compromis entre dépaysement et accessibilité financière : « Aller dans le Pyrénées ou les Alpes nous paraissait trop compliqué, trop cher. Depuis la Normandie, nous partirons en bus, car il fallait passer par Paris en train, et nous n’avions pas de tarifs de groupes. » Mégan évoque elle aussi la dimension de « diagonale du vide » en Auvergne : « Pas de façon péjorative, mais c'est vrai que pas grand monde ne connaissait parmi nous. » Animatrice chez les Eclaireurs et Eclaireuses de France, des scouts laïcs, elle accompagnera 130 jeunes dans le Puy-de-Dôme. « L'idée, c'est aussi de sortir des sentiers battus, des lieux que tout le monde connaît : la Bretagne ou le sud par exemple. On en a conclu que c'était la meilleure région de France ! »

« C'est assez époustouflant »

Bien entendu, la beauté des paysages d'Auvergne a convaincu certains responsables de camp de planter la tente dans la région.  « Nous avons prévu de passer au puy Mary et au puy de Sancy, explique Briac Desmarest, en itinérance dans le Cantal puis le Puy-de-Dôme. Pour profiter de la beauté des paysages. » A côté de lui, Alexis et Paul sont tout aussi charmés par la vue depuis Murat : « Je ne m'attendais pas à ce que ce soit comme dans les peintures, avec les sapins qui se détachent », décrit l'un. « C'est assez époustouflant, il y a beaucoup de relief et beaucoup d'animaux autour de nous. Les vaches sont très stylées ! Il y a des Aubrac et des Salers », ajoute l'autre. Tous les trois sont routiers chez les Scouts unitaires de France, la branche des 17 ans et plus. Avec leurs trois autres camarades, ils rejoindront La Bourboule à pied depuis Murat. Une petite centaine de kilomètres pour « découvrir les montagnes du Massif central ».

Descendre l’Allier en kayak ou rénover le patrimoine régional

Les 25 jeunes de Normandie passeront une partie de l’été à la Chartreuse de Port-Sainte-Marie, au nord-ouest de Clermont-Ferrand. Ce monastère en ruine accueille régulièrement des scouts, qui aident notamment à la rénovation du bâtiment. « Nous avons aussi pour projet de découvrir les environs, avec un trek, c’est-à-dire une randonnée de 3 jours vers la chaîne des Puys. Nous irons aussi à la retenue d’eau des Fades Besserve, à différents points de vue et à la cascade de Montfermy ? Parce que nous, on n’a pas de cascades en Normandie ! »

D’autres unités ont également prévu de profiter des richesses naturelles des départements d’Auvergne. Descente de l’Allier en kayak pour un groupe de l’est de la France ou camp itinérant à vélo dans le Puy-de-Dôme pour des scouts de Besançon, les projets semblent plus attractifs les uns que les autres.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité