“Prévenez ! Vous rendrez service à quelqu’un” : le ras-le-bol des médecins face aux rendez-vous non honorés

Dans son discours de politique générale, Gabriel Attal a évoqué la mise en place d'une "taxe lapin". Le principe : sanctionner les personnes qui n'honorent pas leur rendez-vous médicaux sans prévenir. À Clermont-Ferrand, cette mesure est plutôt bien accueillie par les médecins.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Êtes-vous favorables à la taxe lapin ? Une sanction financière en cas de non-présentation à un rendez-vous médical. Nous avons pris le pouls des Clermontois, place de Jaude. Une habitante indique : “Une personne qui n’honore pas son rendez-vous, elle prend le rendez-vous de quelqu’un”. Un autre ajoute : “Ils devraient appeler leur médecin pour prendre un autre rendez-vous”. “Les rendez-vous sont tellement lointains. Ce sont sûrement des oublis”, analyse une habitante interrogée. Marie Falgoux, kinésithérapeute à Clermont-Ferrand depuis 2019, trouve cette taxe lapin plutôt opportune. Elle indique :

“Sur les deux derniers jours, j’ai déjà eu trois personnes qui ne m’ont pas prévenue. Ils ne m’ont pas appelée pour me dire qu’ils ne viendraient pas”

Marie Falgoux

Kinésithérapeute

Une situation d’autant plus regrettable que - comme beaucoup de professionnels de santé - Marie n’a pas assez de place pour tout le monde. “Certains sont obligés d’attendre parce qu’on n’est pas capable de leur donner un rendez-vous aujourd’hui. Ce n’est pas possible”, déplore-t-elle. 

“Un phénomène de société” 

Même diagnostic chez Jean-Pierre Brenas, chirurgien-dentiste et représentant de l’Union dentaire d’Auvergne. Il estime perdre environ deux heures de travail par semaine, en raison, en moyenne, d’un rendez-vous non honoré par jour. Un phénomène relativement récent. Il explique : “Les rendez-vous se prennent de façon anonyme via des plateformes Doctolib. On n’a plus l’assistante au téléphone. Maintenant, on se permet, sous couvert d’anonymat, de prendre des libertés. Je m’aperçois que ce ne sont pas que les professionnels de santé qui sont touchés. Il y a aussi les restaurateurs, les hôteliers, etc. C’est un phénomène de société”

3 à 4 heures de temps perdu pour le médecin 

Pour Bruno de Fraissinette, radiologue à Clermont-Ferrand, les rendez-vous non honorés représentent “4 à 8% des consultations médicales en France”, et “3 à 4 heures par semaine” de temps perdu pour le médecin. Il précise : “Hier, un service d’ophtalmologie pédiatrique du CHU devait avoir 20 patients dans la journée. Cinq ne sont pas venus. Cela pose des problèmes d’accès aux soins quand on sait que ce sont des rendez-vous qui peuvent être difficiles à obtenir. Il ne faut pas stigmatiser les rares oublis qu’ils peuvent y avoir. Il faut imaginer qu’un rendez-vous qui n’est pas honoré, c’est potentiellement un patient urgent et plus grave qui ne peut pas être pris en charge. S’il y a un message à retenir, c’est : ‘Prévenez ! Vous rendrez service à quelqu’un'”

Pour l'instant, le montant et les modalités pratiques de cette future taxe lapin n’ont pas été précisés par le nouveau gouvernement. Au niveau national chaque année 27 millions de rendez-vous médicaux ne sont pas honorés.