« Savez-vous planter les choux ? » : le podcast ludique sur le jardinage fait par une maman, son fils de 9 ans et leur voisin

Juliette, une maman installée près de Clermont-Ferrand a lancé au printemps dernier un podcast avec son fils Marius, âgé de 9 ans. Avec la complicité de leur voisin Louis, ils parlent jardinage de façon décomplexée. « Savez-vous planter les choux ? » est un programme où l’on apprend à jardiner, de façon amusante.

Si vous partez en vacances, vous allez peut-être choisir des podcasts à écouter sur la route ou dans l’avion. Et si vous écoutiez un programme ludique et pédagogique : « Savez-vous planter les choux ? ». Aux manettes, on trouve Juliette Micheneau, journaliste à France Bleu Pays d’Auvergne, mais surtout, Marius, son fils de 9 ans. Comme son nom l’indique, le podcast parle de jardinage. Mais de façon décalée et décomplexée. Juliette raconte la genèse du projet : « Mon fils n’avait pas école pendant le confinement. Il avait très envie de jardiner. Il a découvert le jardin avec ses grands-parents. On habite une maison de bourg sans jardin. Il a trouvé un bout de terrain à côté de l’entreprise de mon mari. Il a commencé à faire des bacs. Cela lui plaisait beaucoup. Je me suis dit que c’était chouette et qu’on aurait pu continuer ensemble. J’ai toujours vu mon père jardiner mais il ne m’est jamais venu à l’idée d’en faire. De voir mon fils faire pousser ses légumes m’a fait envie. Comme je suis journaliste radio, j’avais la volonté de laisser une trace, de partager cela et c’est ainsi qu’est venue l’idée du podcast. J’ai cherché un expert pour nous accompagner. Je suis tombée sur l’un de nos voisins, à Veyre-Monton, Louis, un papy à la retraite. Il a travaillé aux serres municipales de Cournon-d’Auvergne. Il a accepté que Marius cultive un bout de son jardin et de nous apprendre plein de choses ».

"L’idée est que tout le monde se retrouve, sans complexes"

Dans ce programme, Juliette se met à hauteur d’enfant. Elle parle ainsi des pommes de terre, de melon, de tomates, mais de façon ludique et très pédagogique. « L’idée est que tout le monde se retrouve, sans complexes. Le podcast s’adresse d’abord aux enfants. Il faut que tout le monde comprenne. On ne veut pas faire un tuto jardin. On voulait donner envie, entendre un enfant jardiner et se dire qu’on pourrait le faire soi-même. On mêle reportage, c’est-à-dire, prise de sons au jardin avec de la fiction. Il y a du sound design, avec des effets sonores créés en studio, pour que les enfants soient emmenés dans un univers dans lequel on peut vivre des aventures » souligne la podcasteuse.

Un énorme travail pour ce projet

Loïc Frenea est le réalisateur des épisodes. C’est un collègue de Juliette. Les épisodes durent une dizaine de minutes. On ne s’imagine pas le temps nécessaire pour produire un programme. Un vrai travail de titan. La maman insiste : « En gros, il y a une journée d’écriture et de recherche documentaire. On apprend des choses sur comment on plante le légume et aussi sur son histoire. La partie fiction n’est pas juste là pour l’ambiance et pour rigoler : elle est aussi là pour apprendre des choses sur ce légume. On y parle de son origine, d’éléments historiques, comme la pomme de terre ramenée d’Amérique ou des anecdotes sur le melon de Cavaillon et Alexandre Dumas. Au jardin, on passe deux heures environ. Il y a deux heures de prise de voix studio, où on enregistre les voix. A cela s’ajoute le travail de mixage. Il faut plus de deux jours pour faire un épisode ». Pour le moment, six épisodes sont disponibles gratuitement sur toutes les plateformes de streaming. Un tuto vidéo accompagne aussi le podcast, comme ci-dessous pour le melon.

Un message écologique

Juliette rappelle : « On a travaillé en amont et le premier épisode est sorti en avril. On a essayé de penser les épisodes en fonction des saisons. Le podcast porte de fortes valeurs environnementales. On essaie de transmettre des idées sur la saisonnalité. L’idée est de transmettre l’envie de jardiner mais si on ne sent pas capable, il est bien de penser aux saisons et aux modes de production les plus vertueux, quand on fait ses courses. On a pensé suivre un calendrier, avec trois épisodes au printemps, trois l’été. On espère trois autres en automne et en hiver ». Le podcast repose sur un véritable modèle économique. Il est produit par une société de production, Billy the cast. C’est le producteur qui finance les épisodes réalisés.

Un habillage sonore moderne

Pas simple de sortir du lot en dehors des podcasts jeunesse de Radio France qui écrasent tout. Juliette se félicite : « On est très contents des retours et des écoutes. Des connaissances qui sont enseignants ont fait écouter cela dans les classes et ça a bien fonctionné. Marius est hyper content. Je crois qu’il est très fier de cette histoire. Il a une belle relation avec Louis. Il est aussi très content auprès des copains qui lui en parlent. Certains parents me disent qu’ils en ont parfois un peu marre d’écouter le même épisode en boucle. A l’école, pas mal d’enfants lui en ont parlé. C’est une aventure humaine incroyable. La partie studio peut être difficile pour lui et nécessite de la concentration ». Alexia Bastet réalise les illustrations. L’habillage musical est résolument moderne : « On a choisi une reprise rap de la comptine par Mister V, le comédien et YouTubeur. Il a donné son autorisation. Cela collait avec l’esprit du podcast. On n’est pas dans l’univers enfantin de la comptine. C’est proche du rap, une musique que des enfants de 9 ans écoutent ». Alors, si vous aussi vous voulez planter les choux et pas seulement, vous savez qu’il vous faut à tout prix écouter ce joli podcast.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Auvergne-Rhône-Alpes
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité