Seconde Guerre mondiale et devoir de mémoire : quand des lycéens se rendent sur des lieux marqués par l'Histoire

C’est un cours d’Histoire un peu particulier. Pour perpétuer le devoir de mémoire, 250 élèves du lycée Gergovie de Clermont-Ferrand se sont rendus sur des lieux d'événements tragiques de la Seconde Guerre mondiale. Une manière d’apprendre différemment.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Se rendre sur les lieux où l’histoire s’est déroulée pour mieux l’appréhender. C’est l’objectif des professeurs du lycée Gergovie, à Clermont-Ferrand. Dans ces bâtiments de l’université, située avenue Carnot, une rafle a conduit à la déportation et à la mort de plus d’une centaine d’étudiants. Sur les lieux, la professeure d’Histoire retrace avec ses élèves, le déroulé tragique de cette époque sombre de l’Histoire. “Le 25 novembre 1943, aux premières heures de la matinée, la Gestapo de Vichy et de Clermont-Ferrand débarque, explique la professeure. Ce lieu est vraiment rempli d’Histoire. Si vous levez les yeux, en regardant vers les fenêtres, vous imaginez les soldats allemands avec leurs mitraillettes”

"C'est mieux d'être sur place" 

Un cours d’histoire in situ pour ces élèves de Première Bac Pro métiers de la sécurité. L’un d’eux confie : “Quand on est derrière un écran ou sur une chaise, on n’arrive pas trop à imaginer. Là, on peut. On a les images juste devant nous. C’est beaucoup mieux de venir ici”Une façon plus évidente de transmettre la mémoire, Adélaïde De Olivera, la professeure de Lettres et d'Histoire-Géographie au lycée Gergovie indique : “L’enjeu mémoriel, pour eux, est un grand mot. Ils s’en éloignent. En les emmenant sur place, on arrive à les rapprocher de ce travail de mémoire. Bien plus facilement que dans nos classes. On le mène au quotidien mais c’est mieux d’être sur place”

durée de la vidéo : 00h02mn19s
Seconde Guerre mondiale : pour perpétuer le devoir de mémoire, des lycéens se rendent sur les lieux des événements ©L. Pastural / C. Peltin / France 3 Auvergne

Escape Game et documentaires 

Et ce jour-là, même dans les classes, les professeurs ont modifié leurs méthodes. Au programme, pour ces élèves en Première Bac Pro soins et services à la personne, escape game sur la résistance locale. Une élève confie : “J’ai appris que l’on a vraiment été touché. D’habitude, on ne parle pas vraiment du Puy-de-Dôme, on parle plus de l’Allemagne. En fait, on a vraiment été concerné par ça”. Kim Beaumont, professeure de Lettres et d’Histoire-Géographie ajoute : “Souvent, quand on étudie en cours, on parle de Paris, de ce qu’il se passe en Allemagne ou à Vichy, mais jamais de ce qu'il s'est passé au niveau local. On voulait leur montrer que la mémoire est présente ici aussi”

Dans la salle d'à côté, des élèves visionnent des documentaires du mémorial de la Shoah. Encore une autre façon d’apprendre l’histoire. Maëva, étudiante en Première, explique : “Dans ces documentaires, on relate des dates, des témoignages, des images. Cela nous permet de mieux comprendre”

Avec cette journée originale entièrement consacrée à l’Histoire et à la mémoire, les professeurs du lycée Gergovie ont visiblement intéressé leurs élèves. D'autres rendez-vous de ce type sont déjà prévus.