Les zones humides et fragiles de la Godivelle

Publié le Mis à jour le
Écrit par Claude Fallas .

Notre page nature nous conduit autour des lacs de la Godivelle dans le Puy-de-Dôme. Une étude est en cours sur le bassin versant, lancée par le parc naturel régional des volcans, pour la préservation de l'eau et des zones humides. 

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022
Un inventaire de la flore patrimoniale est mené sur le territoire de la réserve naturelle des sagnes de la Godivelle, avec le Conservatoire Botanique National du Massif Central. Il a permis de mettre en évidence la présence d'espèces particulièrement rares  dont certaines qu'on considérait éteintes en Auvergne .

C'est le cas de Meesia Triquetra, une espèce qui appartient à la famille des meesiacées, qui ont pratiquement toutes disparues des bas marais en France et en Auvergne notamment. C'est une espèce extrêmement rare, mais qui existe encore dans la tourbière de la Godivelle.. 

Des espèces patrimoniales qu'il faut préserver, en même temps que des milieux naturels victimes d'eutrophisation (Apport en excès de substances nutritives (nitrates et phosphates) dans un milieu aquatique qui entraînent la prolifération de végétaux parfois toxiques).  Pour comprendre les raisons de cette dégradation, l'étude lancée allie botanique, hydrologie et pédologie avec notamment des carottages .

D'autres données seront collectées grâce à une dizaine de sondes déposées pendant un an dans le lac d'en bas de la godivelle et dans son bassin versant. Dans cette zone humide, l'eau est relativement affleurante, à quelques centimètres voire quelques décimètres sous le sol, ce qui va permettre aux chercheurs de mesurer les variations du niveau du sol suivant les précipitations, les périodes de sècheresse, les alimentations par des sources, et donc leur permettre de comprendre comment s'organisent les flux d'eau au sein du bassin versant.

De ce diagnostic, ils espèrent vérifier des hypothèses sur les causes de la mauvaise qualité de l'eau : surplus d'engrais ou de fertilisants, ou autre conséquence des pratiques agricoles : un surpiétinement des animaux à l'origine d'une érosion des sols.

Cette étude  s'achèvera dans quelques mois. En découleront des idées et des mesures adaptées à chaque cas.
L'objectif de ces actions est de préserver la riche et précieuse biodiversité des zones humides que sont les tourbières.
durée de la vidéo: 04 min 59
Les zones humides de la Godivelle


Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité