Loi Travail. André Chassaigne "persuadé" de réussir une motion de censure "de gauche" en nouvelle lecture

André Chassaigne, chef de file des députés du Front de gauche, s'est dit jeudi "persuadé" de parvenir à réunir les 58 députés nécessaires pour "une motion de censure de gauche" lors de la nouvelle lecture, en juillet, contre le projet de loi Travail.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Je suis persuadé qu'on arrivera, en juillet, à réunir suffisamment de signatures sur une motion de censure avec un premier objectif: faire tomber la loi Travail", a déclaré M. Chassaigne sur France Info.
               
Interrogé sur l'hypothèse que la droite vote cette motion de censure de gauche, M. Chassaigne a répondu: "ou alors une motion de censure de droite qui pourrait être votée par la gauche". Serait-il donc prêt à voter avec la droite, comme il l'a déjà fait sur la loi Macron en 2015 et en première lecture du projet de loi El Khomri ? "Pour ma part, dans la mesure où on a une motion de censure de gauche, on vote la motion gauche et pas de droite", a-t-il éludé.
 
"Si ça fait tomber le gouvernement, contrairement à ce que certains disent, ce n'est pas mettre en place la droite", a affirmé M. Chassaigne. "Même s'il n'y a pas de majorité sur une motion de censure pour faire tomber le gouvernement, ce qui est important pour nous, c'est qu'il y ait une majorité politique dans l'Assemblée nationale pour que le gouvernement retire la loi travail. C'est ça qui est important", selon lui.
 
Le projet de loi Travail a été adopté jeudi dernier en première lecture après utilisation de l'article 49-3 par le Premier ministre. La droite a déposé une motion de censure, qui n'a pas été adoptée, et les opposants de gauche à ce texte ont échoué à deux signatures (56 contre 58 députés requis) à déposer sa propre motion.