Cet article date de plus de 5 ans

Polémique autour de la taxe sur les ordures ménagères dans le bassin riomois

Depuis plus de 3 ans, le Syndicat du bois de l'aumône et les usagers du bassin riomois se déchirent autour de la redevance sur les ordures ménagères. Le syndicat veut augmenter ses tarifs. La tension est telle que lundi soir, les gendarmes ont dû intervenir suite à une énième réunion houleuse.
Jeter ses ordures : un geste quotidien... qui coute trôp cher pour certains usagers du bassin de Riom (63).
Jeter ses ordures : un geste quotidien... qui coute trôp cher pour certains usagers du bassin de Riom (63). © France 3 Auvergne
Depuis plus de trois ans, le Syndicat du bois de l'aumône et les usagers du bassin riomois se déchirent autour de la redevance sur les ordures ménagères. Le syndicat en charge du ramassage veut augmenter les tarifs pour inciter les administrés à réduire leurs déchets et être plus éco-responsable. Mais pour certains foyers,  la note passe du simple au double !  La tension est à son comble... à tel point que lundi soir, les gendarmes ont dû intervenir suite à une énième réunion houleuse...

132 communes du bassin riomois sont concernées par cette hausse des tarifs. Des habitants ont crée deux collectifs et montent au créneau. En plus de cette tarification, le ramassage va être moins fréquent et risque d'entraîner des comportements inciviques. Autre problème : la tarification de base sera la même pour tous, soit 300 euros minimum par an, pour chaque foyer. Un montant suspect pour le collectif... Le syndicat qui s'occupe du ramassage a besoin de 22 millions d'euros par an pour fonctionner. L'opération paraît simple : 70 700 foyers sont concernés, multiplié par 300 €, soit plus de 21 millions € seront issus de cette taxe.

La nouvelle redevance devrait s'appliquer dès 2017. Une pétition circule... elle a récolté près de 4 000 signatures.

durée de la vidéo: 02 min 15
Polémique autour de la taxe sur les ordures ménagères dans le bassin riomois ©France 3 Auvergne

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société environnement