Puy-de-Dôme : 150 participants d’une « rave party » illégale évacués

Ce dimanche 12 juillet, environ 150 personnes ont été évacuées d’une « rave party » organisée à Herment (Puy-de-Dôme). Les participants étaient originaires du Limousin. Le maire d’Herment entend déposer plainte.

A Herment, dans le Puy-de-Dôme, les participants d'une "rave party" illégale ont été évacués par la gendarmerie.
A Herment, dans le Puy-de-Dôme, les participants d'une "rave party" illégale ont été évacués par la gendarmerie. © V.Riffard / FTV
A Herment, dans le Puy-de-Dôme, samedi 11 juillet au soir, une « rave party » illégale a été organisée dans une forêt du nord de la commune. Environ 150 participants, presque tous originaires de la Vienne, Haute-Vienne et du Cher, se sont rassemblés dans la forêt pour faire la fête. « On a eu des plaintes des riverains pour des nuisances sonores. Il y avait de la musique techno assez forte, un mur de son et des stands pour boire et manger. La gendarmerie a été prévenue. Ils ont pris contact avec l’organisateur et ils lui ont demandé, ainsi qu’aux participants, d’évacuer les lieux avant le lendemain 14 heures, car ils comptaient rester jusqu’à mercredi », explique Boris Souchal, le maire d’Herment.

Le site évacué dimanche

Les participants ont donc été priés de quitter le terrain et la gendarmerie de Rochefort-Montagne a été mobilisée pour effectuer des contrôles d’alcoolémie et de stupéfiants lors du départ des participants. Selon les premières constatations des gendarmes, aucune infraction particulière n’a été relevée à ce niveau. « Pour des raisons de sécurité, nous faisons évacuer le lendemain, car il vaut mieux qu’ils restent là plutôt qu’ils prennent la route fatigués ou alcoolisés, on ne sait jamais », affirme Boris Souchal.

" Il y a un réel problème de sécurité "

Selon le maire, une à deux fêtes illégales de ce type sont recensées chaque année sur sa commune, et concentrent parfois plus de 1 000 personnes. Il entend déposer plainte : « C’est un site au milieu de la forêt, avec un seul chemin d’accès. C’est très compliqué pour faire venir les secours. Il y a un risque d’incendie. Je souhaite porter plainte, déjà parce que la manifestation n’est pas déclarée et que le site est occupé illégalement, mais c’est surtout une question de sécurité. En soi, le village le plus proche est assez éloigné pour que les nuisances sonores soient minimes, la population de ce genre de manifestation n’est pas agressive et laisse le site propre. Cependant, il y a un réel problème de sécurité », regrette le maire.

Une plainte déposée

« Ce rassemblement musical n’avait pas une dimension exceptionnelle. Les gens sont partis dimanche vers 14 heures. Nous avons effectué des contrôles et vérifié que les personnes quittaient bien les lieux. Si une procédure pour nuisances sonores et tapage est engagée, ils risquent une convocation devant le tribunal correctionnel », explique la gendarmerie. En tout, une vingtaine de gendarmes se sont relayés pour procéder à l’évacuation. Pour rappel, une amende pour tapage nocturne s’élève entre 45 et 180 euros.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter