Puy-de-Dôme : comment expliquer le succès du théâtre de Châtel-Guyon ?

La saison passée, le chanteur Sanseverino a fait le plein au théâtre de Châtel-Guyon, près de Riom, dans le Puy-de-Dôme. / © Théâtre de Châtel-Guyon
La saison passée, le chanteur Sanseverino a fait le plein au théâtre de Châtel-Guyon, près de Riom, dans le Puy-de-Dôme. / © Théâtre de Châtel-Guyon

Quelque 617 abonnements au théâtre de Châtel-Guyon, près de Riom, dans le Puy-de-Dôme, vendus en 10 jours. La billetterie ne chôme pas. Spectateurs fidèles, programmation soignée, autant de raisons qui expliquent cet engouement.
 

Par Catherine Lopes

Saison record en vue au théâtre de Châtel-Guyon, près de Riom, dans le Puy-de-Dôme. Quelque 617 abonnements ont été vendus en 10 jours seulement. L’an passé, à la même époque, le théâtre avait écoulé 345 abonnements.  « Nous disposons de statistiques. 70 % de nos abonnés viennent de Châtel-Guyon et Riom. Le reste, ce sont des habitants de Chamalières et de Clermont-Ferrand. Et aussi de nombreux curistes » souligne Sabine Griol, directrice administrative du théâtre.
 

Elle poursuit : « Cette année, nous proposons le même nombre de spectacles que l’an dernier, soit une trentaine de rendez-vous. Il y a des têtes d’affiche, mais pas seulement. Nous avons réussi pour cette 5e saison à instaurer une relation de confiance avec nos spectateurs ». Un mélange équilibré de grands noms et de découvertes, voilà sans doute la recette du succès. La saison passée, l’humoriste Verino, le chanteur Sanseverino et le comédien JoeyStarr constituent le top 3 en termes de fréquentation. La salle affichait aussi complet pour Yves Duteil et Patrick Sébastien. La saison 2019-2020 verra ainsi passer Grand Corps Malade, Alex Vizorek, Sophia Aram, Pierre Arditi, Roland Giraud, Jean-Marc Barr ou encore Michaël Gregorio.

Une salle d'exception

Mais la programmation n’explique pas à elle toute seule la réussite de la salle de la ville thermale. Sabine Griol raconte : « La salle est neuve, très confortable, elle a du cachet. C’est une véritable petite bonbonnière. Et puis il y une proximité avec les artistes. Il arrive même qu’ils se passent le mot. Michèle Bernier nous a dit que Clémentine Célarié lui avait dit que notre théâtre était magnifique. Cette saison nous programmons Barbara Hendricks. Ce n'est pas une salle remplie de chaises en plastique… ».

50 000 spectateurs la saison passée

L’an passé 50 000 spectateurs sont venus au théâtre de la ville thermale. Un engouement qui réjouit le maire de la commune. Frédéric Bonnichon, affirme : « Je ne suis pas un maire heureux, mais comblé. Ca va au-delà ! Quand nous avons racheté le lieu pour un euro symbolique, nous voulions lui redonner vie. Il y a 20 ou 30 ans, le zénith et la Coopé n’existaient pas. Nous renouons avec la tradition des villes thermales qui voyaient passer de grandes tournées ». Avec ce succès grandissant, la commune arrive quasiment à équilibrer les dépenses par les recettes. Pour la mairie, après un investissement de 3,8 millions d’euros, la salle lui coûte environ 200 000 euros chaque année. « C’est à la fois beaucoup et peu. Mais cela contribue à la notoriété de la ville et à la fierté des habitants de Châtel-Guyon » conclut le premier élu de la commune.
 

Sur le même sujet

toute l'actu théâtre

toute l'actu musique

Les + Lus