Sécheresse-Inondation : 3 communes du Puy-de-Dôme en état de catastrophe naturelle

Un arrêté de reconnaissance de catastrophe naturelle sécheresse et inondations concernant les communes d’Aubière, d’Orcet et de Saint-Saturnin dans le Puy-de-Dôme a été publié au Journal Officiel le 15 décembre 2017.Les assurés ont 10 jours à compter de cette date pour se manifester auprès de leur assurance. / © FETHI BELAID / AFP
Un arrêté de reconnaissance de catastrophe naturelle sécheresse et inondations concernant les communes d’Aubière, d’Orcet et de Saint-Saturnin dans le Puy-de-Dôme a été publié au Journal Officiel le 15 décembre 2017.Les assurés ont 10 jours à compter de cette date pour se manifester auprès de leur assurance. / © FETHI BELAID / AFP

Un arrêté de reconnaissance de catastrophe naturelle sécheresse et inondations concernant les communes d’Aubière, d’Orcet et de Saint-Saturnin dans le  Puy-de-Dôme a été publié au Journal Officiel le 15 décembre 2017.

Par K. Tir

Les communes d’Aubière et d’Orcet, dans le Puy-de-Dôme, bénéficient d’une reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour les mouvements de terrains différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols du 1er janvier 2016 au 31 mars 2016. L’arrêté a été publié au Journal Officiel le 15 décembre 2017.
Dans un communiqué, la préfecture du Puy-de-Dôme précise que : « Le régime des catastrophes naturelles permet l’indemnisation des victimes, laissant à leur charge une franchise, qui s’élève à 1.520 € pour les biens à usage d’habitation en cas de sinistre lié à la sécheresse et à la réhydratation des sols. L’assureur doit verser les indemnités dans un délai de trois mois, à compter de la réception de la première estimation des dégâts, ou de la date de parution au Journal Officiel".

La commune de Saint-Saturnin bénéficie, quant à elle, d’une reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour les phénomènes d’inondations et coulée de boue survenues le 8 juillet 2017.
« Le régime des catastrophes naturelles permet l’indemnisation des victimes, laissant à leur charge, en cas de sinistre lié à un événement relatif à des inondations et coulées de boue, une franchise qui s’élève à 380 euros pour les habitations et 1140 euros pour les bâtiments à usage professionnel » indiquent les services de l’Etat.


Sur le même sujet

Suicide d'une employée mucinipale à Chambéry : la famille dénonce un harcèlement au travail

Les + Lus