Insolite : dans le Puy-de-Dôme, des chevaux pour évacuer des poteaux électriques

En pleine forêt, ces chevaux grimpent pour évacuer des poteaux électriques en bois et en béton. / © Cyrille Genet / France 3 Auvergne
En pleine forêt, ces chevaux grimpent pour évacuer des poteaux électriques en bois et en béton. / © Cyrille Genet / France 3 Auvergne

C'est une première en France : dans le Puy-de-Dôme, mardi 26 juin et pendant quatre jours, des chevaux mobilisés pour évacuer des poteaux électriques. Une démarche "plus respectueuse de l'environnement" selon ENEDIS et SCIE 63 qui organisent l'opération.

Par Baptiste Galmiche

L'opération est insolite, et jamais vue en France : mardi 26 juin, au lieu-dit La Roche, entre Thiers et Escoutoux (Puy-de-Dôme), des chevaux sont mobilisés pour évacuer une douzaine de poteaux en bois et en béton. Ces derniers soutenaient une ligne électrique devenue inutile avec le temps.
 

"Cela faisait 3 ans que j’attendais de tenter cette expérience de faire travailler des chevaux sur des déposes de support de ligne électrique", affirme Didier Vallet, à la tête de la SCIE 63, spécialisée dans la pose et dépose de réseaux électriques.
 

"Limiter son impact environnemental"


Quand toutes les conditions ont été réunies pour réaliser le projet, M. Vallet a contacté ENEDIS, qui a tout de suite accepté. "Je crois qu'il est indispensable, pour une entreprise de service public, de limiter son impact environnemental", justifie Pierre-François Mangeon, directeur Territorial d'Enedis dans le Puy-de-Dôme.
 
De fait, grâce à cette opération, pas de construction de piste en pleine campagne, de sacrifices d'arbres et de déplacement de terre, habituellement nécessaires à l'évacuation des poteaux électriques.

Les deux juments Océane et Verone, de race Comtoise, ont été fournies par l'entreprise Attel'Auvergne, qui collabore déjà avec l'agglomération clermontoise pour ramasser les poubelles et pour aider à l'entretien des espaces verts.

"J'espère que nous pourrons en faire une vitrine pour que d’autres nous suivent sur ce chemin", s'enthousiasme M. Mangeon. L'opération, dont le coût est comparable à un chantier utilisant le procédé habituel, doit durer quatre jours.

Sur le même sujet

Les + Lus