Rapport de la Cour des comptes : éviter le syndrome "Stade des Alpes"

La Cour des comptes a présenté, lundi 14 octobre, un rapport sur les finances publiques locales. Cette étude demande aux collectivités une meilleure maîtrise des dépenses et des emprunts. En la matière, dans l'agglomération de Grenoble, le remboursement du Stade des Alpes reste une croix à porter.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Quand la Cour des comptes tire la sonnette d'alarme concernant les finances publiques locales, ce sont les collectivités qui se font rappeler à l'ordre. Dans son rapport, la Cour note que leurs dépenses progressent de 3% par an. Or il est prévu qu'elles participent à l'effort de redressement. Dans cette étude de 472 pages, la gestion du personnel est particulièrement mise en cause mais les emprunts y sont aussi évoqués.

  >>> Le rapport de la Cour des comptes

Dans l'agglomération de Grenoble, quand on parle de gros emprunts en cours on pense à ceux qui ont permis de financer le Stade des Alpes. La Métro en aurait pour 30 ans. Il faut dire que l'infrastructure qui devait coûter 25 millions d'euros (2002) aura été livrée à plus de 80 millions.

 

"La casserole" du président de la Cour des comptes
Vu de loin, c'est le principe de l'arroseur arrosé. Didier Migaud, le président de la Cour des comptes était à la tête de la Métro de Grenoble pendant "l'affaire du Stade des Alpes". A peine avait-il été nommé, en 2010, que la chambre régionale des comptes l'épinglait au titre d'une gestion hasardeuse. Maintenant, le surcoût du Stade a aussi été lié à l'opposition ferme d'écologistes, notamment, qui ont ralenti les travaux à coup de procédures.