• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Auvergne- Rhône Alpes : un acte homophobe tous les trois jours dans la région

L'association SOS homophobie demande au gouvernement de lutter contre les discriminations à l'origine, selon elle, de la violence à l'égard de la communauté LGBTI / © PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP
L'association SOS homophobie demande au gouvernement de lutter contre les discriminations à l'origine, selon elle, de la violence à l'égard de la communauté LGBTI / © PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

L'association SOS Homophobie rend public son rapport annuel et constate une augmentation des actes homophobes partout en France. 107 cas ont été répertoriés en Auvergne-Rhône-Alpes soit un tous les trois jours. 

Par Alexandra Marie

2018, une année noire selon l'association SOS Homophobie.  1905 témoignages ont été recueillis et 1634 cas avérés d'agressions homophobes en France. 

Un chiffre en hausse selon l'association, notamment concernant la "lesbophobie", les agressions à l'encontre des couples de femmes. (+40% en un an)

Un phénomène qui peut-être relié au débat de société sur la procréation médicalement assistée d'après l'association. 

Une agression tous les trois jours 

En Auvergne rhône Alpes, 107 agressions ont été confirmées soit un cas tous les trois jours.
L'association SOS homophobie rappelle que ces chiffres ne recensent pas les insultes et menaces sur internet, principal lieu d'expression de la haine à l'encontre des personnes de la communauté LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexe)
 

Le 17 mai : journée nationale de lutte contre l'homophobie 

Le 17 mai une journée nationale de lutte contre l'homophobie est organisée partout en France pour sensibiliser à ces dérives. (Retrouvez les différentes actions

A Lyon, l'association SOS Homophobie rend public son rapport annuel au Lavoir Public dans le 1er Arrondissement. 

Sports, médias, établissements scolaires, associations, cette journée doit relayer des centaines d'initiatives et attirer l'attention sur les violences et agressions liées à des préférences sexuelles. 

Toute la semaine du 13 Mai, France Télévisions se mobilise sur ses antennes et donnera la parole notamment aux responsables associatifs et militants LGBTI (lesbienne, gay, bisexuel, transgenre et intersexe). 

Le milieu du sport particulièrement mobilisé 

Dans le milieu sportif, la fameuse UNE du journal l'Equipe du 4 mai 2019 a eu énormément d'écho.
 
Dans le monde du football, réputé comme théâtre de nombreuses insultes et agressions homophobes, la ligue professionnelle a annoncé que :

"Lors des prochaines journées de L1 et de L2, les capitaines, les entraîneurs, les délégués de matches ainsi que les arbitres porteront un brassard aux couleurs de l'arc-en-ciel, symbole de la communauté homosexuelle."
 


La création d'une fiche de signalement pour les comportements répréhensibles a également été annoncée par la Ligue de football dans le cadre de d'un "plan d'action" pour lutter contre l'homophobie dans les stades.
 


Combattre l'homophobie "ne signifie pas simplement envoyer un communiqué de presse quand les choses vont mal, combattre c'est trouver et surtout mettre en place un système complet (...) pour éradiquer de manière définitive" l'attitude néfaste "de quelques individus", a déclaré  Nathalie Boy de la Tour, la présidente de la LFP.

Sur le même sujet

PORTRAIT. A Clermont-Ferrand, la photo animalière pour passion

Les + Lus