• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Le choc et la déception sur le site Boiron de Messimy après la décision du gouvernement de dérembourser l'homéopathie

Le siège social de Boiron est installé à Messimy, dans le Rhône. / © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP
Le siège social de Boiron est installé à Messimy, dans le Rhône. / © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

Le gouvernement s'est rangé derrière l'avis de la Haute Autorité de Santé en annonçant le déremboursement de l'homéopathie. Sur le site rhodanien du n°1 mondial Boiron, l'heure est à la déception et à la colère.

Par Arnaud Jacques

C'est une décision qui a l'effet d'un séisme sur la commune de Messimy depuis ce mardi 9 juillet. La société Boiron qui y a installé son siège social est sous le choc: le gouvernement vient d'annoncer le déremboursement de l'homéopathie.

La Haute Autorité de Santé a eu raison des petits granules blancs en préconisant leur déremboursement. Le gouvernement a en effet décidé d'appliquer cette recommandation en 2021. Au siège du n°1 mondial de l'homéopathie à Messimy, les salariés se disent extrêmement déçus et craignent pour leur emploi. En effet, selon la direction, cette décicion menace directement 1000 emplois sur les 2500 que compte le groupe.
 

Une directrice en colère


Invitée ce matin sur Europe 1, Valérie Poinsot-Lorentz, directrice générale du groupe Boiron, n'a pas caché ses sentiments.
"C'est un choc, nous sommes extrêmement choqués par cette annonce et nous sommes très en colère."
Une colère qu'elle justifie par le manque de concertation et d'information.
"Nous n'étions pas au courant de la décision et de l'avis de la HAS (Haute Autorité de Santé). Il y a eu une succession de fuites totalement organisées depuis le début de cette affaire. Fuite de l'avis préliminaire de la HAS puis de l'avis définitif, ce qui nous a obligé à suspendre par deux fois le cours de bourse".
 

"Méthode employée pour massacrer l'homéopathie"


Valérie Poinsot-Lorentz "souhaite dénoncer la méthode employée depuis un an pour massacrer littéralement l'homéopathie". Selon la directrice, le coût de l'homéopathie ne représente que 0,06% des dépenses de santé. Elle regrette que le groupe n'ait pas été "contacté alors que nous sommes leader de l'homéopathie et c'est du Made in France. C'est un manque de respect manifeste pour nuire à l'homéopathie".

La croisade médiatique de Boiron devrait se poursuivre. "Je vais m'attacher à rétablir la vérité sur ce que représente l'homéopathie" promet Valérie Poinsot-Lorentz.
 

Sur le même sujet

Non au compteur Linky

Les + Lus