Des salariés de la Part-Dieu en grève ce 24 décembre

La manifestation se tient devant le centre commercial, côté gare SNCF. Un mouvement qui porte essentiellement sur les conditions de travail, la gratuité du parking pour les salariés et une crèche pour les personnels du centre. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Comme on dit dans ces cas-là, ils sont une grosse poignée mais leur détermination est intacte. Une trentaine de personnes ont manifesté aux portes du centre commercial de la Part-Dieu. Le sujet de leur mécontentement ? Les conditions de travail et la précarité avec la multiplication des temps partiels, toutes enseignes confondues, les plus grandes, Carrefour, Darty et la Fnac en tête, comme les très nombreux franchisés. 

Le parking coûte à certains 10 % de leurs revenus.

Mais ce qu'ils demandent en priorité, c'est la gratuité (ou à tout le moins des prix préférentiels) sur le parking. Car que ce soit sous forme d'abonnement ou payé à la journée, les 3 800 salariés n'ont pas droit à des tarifs étudiés. Ils paient plein pot, plus de 100 euros pour un abonnement mensuel  et de 12 à 15 euros la journée selon le nombre d'heures de présence !" Des sommes qui impactent fortement les revenus de la plupart des salariés qui gagnent rarement au-dessus du SMIC, sans compter les temps partiels, pas mieux rémunérés", fait observer Marie-Hélène Thomet, secrétaire de site Cgt.

A quand une crèche, demandent les salariés.


Idem pour la garde des enfants. Malgré le nombre important d'employés qui travaillent quotidiennement dans le centre commercial, toujours aucune crèche, déplore le syndicat. Dans de nombreux magasins, en particulier la grande distribution, bon nombre de salariés démarrent très tôt le matin. " Ils sont handicapés par le fait de ne pas pouvoir déposer leurs enfants à proximité de leur de travail", fait remarquer Sébastien Anterion, de l'Union locale Cgt.. 


L'inquiétude des salariés est d'autant plus grande que le quartier entame une mutation. Les centre est appelé à se développer. Les employés émettent un souhait que le père Noël, peut-être, entendra : un restaurant inter-entreprises. " Quelques centaines de mètres carrés pris sur l'ensemble pour développer le mieux être ensemble", ose espérer Marie-Hélène Thomet. 

Le reportage de Sylvie Adam et Marie Chambrial :

©France3 Rhône-Alpes