Fourme de Montbrison, bleu du Vercors-Sassenage, rigotte de Condrieu, les règles des AOP sont assouplies en raison de la sécheresse

Les cahiers des charges de certains produits avec une appellation d'origine protégée (AOP) ou un label rouge ont été allégés temporairement. Les règles d'alimentation des bêtes devenaient contraignantes pour les éleveurs à cause du dérèglement climatique.

A Pélussin, dans la Loire, des chèvres gambadent dans des champs jaunis par la sécheresse. Ces sols sont d’ordinaire plus verts. C’est en tout cas ce que constate Claude Boucher, producteur de la rigotte de Condrieu, fromage de chèvre avec une appellation d’origine contrôlée de la région.

Sous l'effet du dérèglement climatique, l’herbe pousse moins bien. Les quantités se réduisent pour le pâturage, ce qui conduit cet éleveur à nourrir autrement ses bêtes. « En juillet et août, elles sont sorties, mais elles ne pâturaient pas du tout, explique-t-il. On était obligé de les affourager comme en hiver. Donc elles ont mangé le stock de foin qu’on avait fait. Et là on est obligé d’acheter du foin et des céréales. »

Du fourrage en dehors de la zone d'appellation

Dans le cahier des charges de la rigotte de Condrieu, il ne faut pas dépasser 20% de fourrage provenant de l’extérieur de la zone d’appellation pour l’alimentation des chèvres. Impossible à réaliser cette année en raison des fortes chaleurs.

Le Ministère de l’Agriculture a allégé temporairement les règles pour cette appellation d'origine protégée (AOP), dans son arrêté du 28 octobre 2022. Désormais, jusqu’à 40% d’aliments extérieurs sont tolérés. La durée annuelle du pâturage ou de l'affouragement en vert est aussi raccourcie : 90 jours minimum contre les 120 requis habituellement. Une disposition qui durera jusqu’au 1er juillet 2023.

Claude Boucher en est satisfait. « C’est une bonne nouvelle. Sur le secteur, on a vraiment souffert de la sécheresse, souffle-t-il. Il y a environ 800 mm d’eau chaque année. Et en 2022, on en a eu que 380 mm. On est en déficit d’eau et c’est compliqué. » Cet assouplissement a permis au producteur de maintenir son volume annuel de fromages.

24 produits concernés

Ce n’est pas le seul cahier des charges à être assoupli dans la région. La fourme de Montbrison et le bleu du Vercors-Sassenage bénéficient également de ces dispositions. Pour la fourme de Montbrison, les vaches laitières pourront être alimentées avec 20% de fourrage ne provenant pas de la région (ce qui était interdit auparavant pour obtenir l’appellation). La durée de pâturage est réduite à 120 jours par an, contre 150 jours habituellement, depuis l'arrêté du 25 octobre 2022.

Le bleu du Vercors-Sassenage a obtenu un allègement dès le 29 septembre 2022. Parmi les modifications, il y a la question de l'apport de compléments dans l'alimentation. Il s'élève à 2300kg de matière sèche par vache laitière par an, contre 1800kg dans le cahier des charges classique.

Au total, 24 produits avec une appellation d’origine protégée (AOP) ou un Label Rouge sont concernés.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité